puzzleSuite de la Journée projet KM à  l’ENSAM.

Visiblement on va parler d’efficacité collective et du rôle du Web2.0 dans les usages qui la rendent possible.

Petite discussion introductive

Ces espaces doivent à  la fois être ouverts et restreints pour maintenir confiance et convivialité.

La segmentation des espaces collaboratifs est elle la conséquence du passage du collectif au connectif? En tout cas les espaces collaboratifs cessent enfin de répliquer la sructure de l’entreprise afin de gagner en efficacité.

Discussion sur la notion de 2.0: elle n’est pas technique mais symbolique et symbolise une rupture dans les usages. Le Web deux est donc une étape vers le système d’information pragmatique.

Une certitude: personne ne sait ce qu’est le web 2.0.

Un Wiki a été mis en ligne pour suivre la présentation.

Constat: les utilisateurs veulent des outils simples d’utilisation et immédiatement utilisables. Comparaison entre publier uin blog ou un Wiki aujourd’hui et utiliser frontpage ou dreamweaver hier.

Au fur et à  mesure que l’on simplifie la publication on augmente les échanges.

Le vrai potentiel du Web2.0 n’est pas tant dans la simplicité que dans l’ouverture. Avant on ne pouvait que renvoyer d’un site à  un autre mais pas échanger, ce qui créait une barrière entre les sites et les utilisateurs. Le Web2.0 découple l’information de sa présentation: une application peut donc aller chercher l’information ailleurs, la remettre en forme et la redistribuer.

Le Web2.0 serait il aussi générateur d’efficacité en entreprise qu’il l’est chez les particuliers?

Pour la première fois le transfert de technologie va du particulier à  l’entreprise et non l’inverse.

Existe t’il un potentiel d’expression suffisant en entreprise?

Relisons le cluetrain manifesto (1999). Aujourd’hui on a les moyens de le mettre en oeuvre donc il va revenir au premier plan.

Avantages /risques pour l’entreprise: c’est sur le wiki.
Une présentation claire et brillante d’Emmanuel Alfonsi sur un sujet omniprésent mais très difficile à  cerner. Ca aurait mérité le podcast!

Table ronde: Web 2.0, quels impacts pour l’entreprise?

On est dans un contexte de connectivité et de flexibilité. Pluôt que dire « on fait comme ça » (top down) on crée un espace de libre usage. Ces nouveaux outils créent de plus des nouveaux usages.

Le Web2 abaisse les barrières à  l’usage et rend les outils « inspirants » en termes de nouveaux usages.

Nombre de ces outils sont orientés Small Office/ home office et n’intéressent pas les grandes entreprises. On est dans un modèle transitoire qui est encore amené à  évoluer.

Aujourd’hui on doit être responsable face à  l’information apprendre à  la trier. Il en va de même des outils: on peut adopter et rejeter un outil en un rien de temps. Le choix de l’outil est moins implicant.

Le Web2 remet il en cause la plus value du travail? Problème de la création de valeur dans une économie dématérialisée.
On ne gagne pas par la productivité mais par l’innovation et la capacité de service: l’entreprise individuelle y trouve un champ d’action naturel. La techno supporte le flux d’information qui permet la VA…et la techno est de plus en plus accible pour les individus. NB: 70% de la population ne fait plus autre chose que traiter de l’information.

Le pouvoir dans l’entreprise est hierarchisé (et peut être plus en France qu’ailleurs). Avec le Web2.0 on va, via les outils de participation, mettre en place un nouveau mode de gouvernance. On est à  un point de rupture fondamental.

On est dans une coévolution des organisations et des technologies. L’enjeu est d’innover et répondre vite à  de la complexité. Aujourd’hui le capital le plus important est le « capital de réputation », il faut donc organiser ces réseaux de réputation au sein de l’entreprise.
Il est très difficile de fournir du concret chiffré au départ…on fonctionne par « essai/correction » et on se nourrit du feed back. Ces outils sont nécessaires…mais reste à  les faire accepter dans une structure orientée top-down.

Comment prouver qu’on avance car on avance d’une manière tout à  fair différente qu’avant. Il n’y a pas de vérité au départ…le projet se fait pendant le projet et il faut s’adresser sur ce sujet au public interne en sachant qu’il n’est pas habitué à  ce mode de fonctionnement. Il faut repenser les critères et les modalités d’avancée…

Il faut surtout que chacun change sa mentalité pour se préparer à  l’usage de ces outils. Il faut se former aux usages (et non à  l’outil) de manière quotidienne.