Management 2.0 (1): La génèse et le contexte

managementUn article bref afin de situer le contexte dans lequel j’ai été amené à évoquer pour la première fois le terme de « management 2.0″.

A l’époque je faisais du conseil en management classique (1.0?). Il m’arrivait également mais plus rarement d’intervenir sur des missions de reclassement professionnel.

Dans le premier volet je me passionnais pour des problématiques qui (cela tombe bien) préoccupaient nombre d’entreprises: mieux travailler ensembler, partager une vision commune, fédérer, réfléchir, construire et agir ensemble.

Le second volet m’amenait à réfléchir à des problématiques du type: valoriser une expérience individuelle, une expertise, montrer sa différence, cultiver ses réseaux, communiquer sur son projet professionnel.

Le passionné d’internet que je suis est tombé sur des blogs au hasard de ses pérégrinations et décide d’en ouvrir un. Double objectif: j’avais envie de faire autre chose…ou plutôt la même chose mais autrement et je voulais tester la soit disant puissance de cet outil en termes d’échange et de partage de réflexion. Second objectif: si j’en tirais quelque chose ce serait autant d’expérience à partager avec mes « reclassés ».

Je démarre sur la pointe des pieds…j’essaye. Au fil de mes échanges je me dis qu’il y a vraiment moyen d’apporter une nouvelle dimension à mon métier…mais laquelle. Au fil du temps je me rend compte que ce que je fais avec de parfaits inconnus grâce à mon blog répond pour partie aux problématiques avancées ci-dessus. On échange, on compare, on avance, on identifie des profils, des potentiels, des compétences dont on se rapproche pour à nouveau rentrer dans des phases d’échange et de co-construction.

Je creuse la question et je me dis que « grosso modo » les nouvelles pratiques qui sous-tendent le web 2.0 seraient fort pertinentes en entreprise. Je ne parle là ni d’outils ni de logiciels. Juste les pratiques. Et puis vous voyez des blogs en entreprise vous? Non mais sérieusement… (je remercie mes lecteurs de ne pas sourire à ces propos…c’était ma pensée d’il y a un an).

On en arrive au serpent qui se mord la queue…importer ces pratiques mais comment? On en revient à la problématique de départ ce qui ne fait guère avancer la réflexion. A moins que… je discute avec nombre de mes collègues, dont chacun a au bas mot 10 à 15 ans d’experience dans le métier en reprenant la question à la base. Moralité: on a des difficultés car les réponses collent de moins en moins sinon aux problématiques en tout cas aux attentes d’où un déficit d’acceptation. Pourquoi ne pas changer les réponses? Ben ça fait des années qu’on fait comme ça et avant nous on faisait déjà comme ça. Tu comprend ce sont des pratiques maîtrisées, validées par des années d’expérience.

Alors pourquoi ai-je l’impression qu’il manque quelque chose? Pourtant après tant d’années de pratique on aurait du affiner? Mêmes les entreprises auraient du améliorer leurs méthodes. Et bien non. Pourquoi? Parce qu’on a toujours fait comme ça. Ca rassure d’un coté mais je ne pense pas que ça résolve grand chose.

Qu’est ce qui cloche alors? Tout simplement que les choses ont changé, l’entreprise a changé, les attentes ont changé et que la même problématique qu’il y a 30 ans recouvre des données aujourd’hui largement différentes? C’est une piste. Qu’on a les bonnes réponses mais pas les bons outils? C’en est une autre.

Bon…c’est décidé je reprend la question depuis une feuille blanche en partant non pas du besoin exprimé mais de ce qui le sous-tend. De la même manière je regarde les solutions apportées à l’aûne non pas du résultat apporté mais de ses implications plus profondes.

Une dernière chose: je veux recueillir un grand nombre d’avis, partager ma réflexion donc il me faut quelque chose qui me permette de fédérer sur tout celà. Tout le monde parle de 2.0….et bien ce sera management 2.0.

A cette époque c’est un thème de réflexion dont je ne sais ni si il ménera à quelque chose ni ce qui va véritablement rentrer dedans. C’est plus un projet qu’un concept.

Voilà pour la genèse…prochaine étape (puisque je suis parti d’une feuille blanche)…les postulats.

 
  • Johann

    J’aime bien cette expression de « management 2.0″, Bertrand. On sent que l’on va progressivement dans cette direction; certaines entreprises le pratiquent sans doute déjà d’ailleurs, sans forcément le savoir.

    Mais comment pourrait-on le qualifier, ce Management 2.0, comparativement au Management 1.0?
    Je crois que ça rejoint vraiment ce que j’ai essayé de dire sur mon blog, avec d’autres termes, sur les 3 types de conscience. Dans le Management 1.0, c’est un système très pyramidal, avec, pour faire simple, un chef qui pense et qui décide pour tout le monde. Avec le M2.0, tout le monde pense, mais chacun dans sa sphère d’activité, avec son propre horizon. Le rôle du manager ne disparait pas pour autant; au contraire.
    Son rôle est de gérer cette nouvelle profusion, source de richesse pour l’entreprise; de repérer le meilleur, éventuellement de faire fusionner plusieurs propositions. A la fois il « s’imbibe » de cette « pensée collective », et en même temps il reste le décideur, celui qui sélectionne ce qui est juste et ce qui ne l’est pas, celui qui donne la direction, l’impulsion à l’ensemble de ses équipes.
    Mais cette décision, cette « politique », il ne la fait plus à partir de sa seule vision de décideur, mais à partir du meilleur des visions de l’ensemble des équipes.
    ça demande des compétences qui sont loin d’être évidentes…