Comme je l’ai souvent dit, le management 2.0 c’est mettre en place les pratiques et les outils permettant le management à  distance d’équipes transversales. J’ajouterai d’équipes principalement composées de knowledgeworkers.

Cela tombe bien, je viens de tomber sur deux ouvrages édités par le cabinet INSEP Consulting qui traitent de manière concise ces problématiques. Il s’agit de « basics », des ouvrages d’une cinquantaine de page, format poche, qui pointent sur les enjeux et donnent les grandes lignes de conduite à  adopter sur ces sujets. Pas de blabla mais un « précis » facile à  lire pour un manager voulant faire le point sur le sujet quitte à  creuser les choses par la suite.

Le premier date de 2004 mais est totalement pertinent : il s’agit de « Manager en transversal : Le management indirect » de Didier Noyé et Joà«lle Levy-Berger. On y évoque le pourquoi de ce type de management ainsi que ses spécificités. Des exemples de bonnes pratiques sont également mis en avant . Je trouve cet ouvrage totalement d’actualité car une partie est consacrée à  l’animation d’un réseau et les bonnes questions à  se poser…une question cruciale alors que l’animation de réseaux professionnels virtuels va devenir un enjeu fort dans les années à  venir.

Le second, « Manager à  distance« , de Bernarch Le Clech (un blog ici et un autre là ) traite des problématiques de …management à  distance. Je suis totalement en phase avec sa triple approche du défi (managérial, organisationnel,relationnel) d’autant plus (fait rare pour un consultant Rh) il aborde également l’outillage de ce type de démarche là  ou d’autres se refusent à  envisager de mêler des questionnements techniques à  des problématiques humaines, alors que l’enjeu est justement de s’appuyer sur des outils « humains » (j’aime beaucoup le terme « sociaux » utilisé chez les anglo-saxons mais dont l’acception française est trop négative) pour vaincre l’éloignement géographique et trouver le moyen de donner du sens et de la densité à  une relation à  distance.