41L5okNV0BL._SL160_Il y a peu de temps Christophe Deschamps m’a fait parvenir son livre, Le nouveau management de l’information. La gestion des connaissances au coeur de l’entreprise 2.0, afin de recueillir mon avis et me remercier de ma modeste contribution (une définition de l’entreprise 2.0). Le livre est resté pas mal de temps au sommet de ma pile « à  lire » car, premièrement, je manquais de temps, et ensuite je n’avais guère envie de me lancer dans la lecture d’un ouvrage sur le sujet : 99% du temps, tout ce qui touche au sujet est lourd, technique et, à  mon avis, de moins en moins en phase avec les exigences de notre temps qui demandent une vision plutôt souple et dynamique de la chose.

Faisant toutefois confiance à  Christophe j’ai fini par m’y mettre. Et là , quelle ne fut pas mon (agréable) surprise.

Quand on propose quelque chose de « nouveau », il faut être capable de justifier les raisons du changement. Nouvelles pratiques de l’internet grand public, transformation de la nature du travail et émergence des travailleurs du savoir, autant de sujets traités de manière pédagogiques, dans un langage accessible à  tous. Avec une conclusion qui s’impose à  tous : s’intéresser au management de l’information n’est plus un problème réservé à  quelques experts dans l’entreprise mais à  quiconque manage des hommes ou est responsable de son propre travail. Autant dire tout le monde.

En passant, les notions de savoirs, d’information, de Knowledge Management sont passées au crible et rendues compréhensibles à  tous.

Ce nouveau management de l’information est ensuite décline au niveau macro (entreprise), où l’on parle bien sur de l’entreprise 2.0 mais sous avec un regard très pragmatique et argumenté, qu’au niveau micro avec le PKM ou Personal Knowledge Management (un sujet sur lequel je reviendrai plus tard tant il touche de près à  la notion de routine sociale qui m’est chère).

L’intérêt du livre est qu’il donnant une vision claire, pragmatique, largement détaillée, argumentée, reposant sur un important travail de recherche et d’analyse tout en permettant, au fil des pages, à  chacun d’arriver au niveau de connaissance nécessaire pour comprendre la proposition finale.

Si l’approche de ce type de questions pêche parfois par excès d’érudition à  tel point que nombre de personne qui ont toutes les capacités nécessaires pour comprendre n’y comprennent rien, faute de trouver des explications claires pour accompagner le début de leur cheminement, cet ouvrage permet à  tout un chacun de faire son bout de chemin pour arriver à  la réflexion finale, quel que soit son niveau de départ sur le sujet.

Un livre que je conseille donc à  tout type de public : dès lors que dans son travail on doit manipuler de l’information ou manager des Hommes (voire les deux), on trouvera ici de quoi comprendre les enjeux, l’état de l’art et  se projeter vers le futur en maitrisant les fondamentaux.

Pour terminer je ne peux que vous conseiller les 28 fiches pratiques consacrées au PKM et gratuitement accessibles ici.

 
  • Filinger79

    Bonsoir Monsieur!nnJe ne sais si ce petit message vous arrivera mais je tente quand mu00eame l’expu00e9rience…nJe voudrais, Monsieur, vous demander votre avis sur une rencontre que j’aimerais organiser u00e0 l’universitu00e9 avec deux personnalitu00e9s franu00e7aises qui sont connues pour u00eatre des adversaires qui ne se font aucun cadeau et qui s’affrontent sur l’agora u00e9lectronique ou par livre interposu00e9. Je ne suis ni professeur, ni u00e9crivain, ni journaliste, ni scientifique et encore moins philosophe…Autant dire que je ne suis rien si ce n’est un simple citoyen ordinaire de la France d’en bas.nEt pourtant, je sais que cette rencontre est possible et qu’elle peut-u00eatre intu00e9ressante si dans son organisation elle s’u00e9carte des appas rances des bonnes maniu00e8res habituelles de la culture dominante de la ville et qu’elle sache innover intelligemment en cru00e9ant quelque chose de nouveau…J’aimerais gagner ce pari du sens, cher Monsieur, sans aller quu00e9rir des recettes dans le chamanisme volubile pratiquu00e9 dans certaines u00e9coles spu00e9cialisu00e9es et dans les entreprises que les gens dans le coup appelle « management » (dixit Paul Soriano) Aussi, j’ai une seule toute petite question u00e0 vous poser :Quel est, selon vous, le mot juste que je dois prononcer en mon for intu00e9rieur pour ru00e9ussir mon examen de passage? Me permettrez-vous de vous inviter quand la chose sera mise sur rails?nJe vous remercie de votre aimable attention. Au plaisir de vous lire, si vous le voulez bien.nAcceptez, je vous prie, cher Monsieur, la vive expression de mes sincu00e8res salutations agrestes.n Filinger