Peu importe que l’on prenne la chose sous l’angle du changement humain ou de l’adoption de nouveaux outils, partant du principe que le collaborateur ne se jette que rarement dans la nouveauté à  corps perdu et les yeux fermés (et ce d’autant plus qu’on est dans un contexte professionnel), tout le monde comprend qu’il s’agit de prendre l’utilisateur par la main et de l’accompagner. Par contre la mise en œuvre de stratégies allant dans ce sens montre que fort souvent on ne sait pas où trouver la main que l’on veut prendre ou qu’on s’imagine, à  tort, savoir où la trouver.

Concrètement cela signifie que loin du mythe du « multitasking permanent », les collaborateurs se concentrent sur deux grands axes auxquels va l’essentiel de leur attention. Ca n’est pas une question de mauvaise volonté mais ils ne peuvent en faire plus de manière sérieuse et concentrée. Tout autre sujet est vu comme périphérique, non essentiel et les oblige soit à  le traiter superficiellement soit à  abandonner quelque chose d’important pour quelques temps avant d’y revenir ultérieurement et rattraper leur retard sur le sujet. Rien de spécialement agréable pour eux donc.

Au quotidien le collaborateur a une main dans son client email et l’autre dans les activités structurées et structurantes (appelons ça process, worklow etc…). L’un est son principal moyen de communication, le seul qui même mal utilisé le relie à  tout le monde. L’autre ce qui est sa raison d’être dans l’entreprise, ce sur quoi il est évalué, ce qu’il est obligé de faire et bien faire avant de penser à  quoi que ce soit d’autre.

On peut en tirer quelques premières conclusions en termes de conduite du changement. Puisque pour saisir une main il faut la prendre où elle se trouve, il est impossible de faire quoi que ce soit sans prendre en compte et la question de l’email dans le quotidien ou celle du lien entre la nouveauté et les tches structurées. Tout autre angle d’attaque n’a aucune prise sur eux et est voué à  l’échec. Il faudra ensuite être pédagogue et expliquer comment, avant tout, enlever leur main de là  où elle est pour la mettre ailleurs ne les empêchera pas de faire ce qu’ils faisaient avant, ne les pénalisera pas dans quelque chose d’essentiel.

Tout autre démarche reviendrait à  dire à  un conducteur « ôtes donc tes mains de ton volant » sans lui expliquer qu’avant même de lui apporter quelque chose de neuf qu’il ne pouvait faire auparavant cela lui permettra a minima de diriger son véhicule aussi bien qu’avec son volant.

Cela n’est pas non plus sans impact technologique, que ce soit au niveau des entreprises qui implémentent voire conçoivent leur propre outil « 2.0 » que ce soit au niveau des éditeurs qui proposent des solutions aux dites entreprises. Il y a un nombre incroyable d’acteurs sur le marché et, malgré que ce dernier soit en phase de consolidation, il semble en arriver chaque jour de nouveaux. Et chacun de proposer un angle d’attaque par rapport à  tel ou tel type d’activité pour attirer l’utilisateur dans ses bras. La vérité est qu’il n’existe que deux angles valables et pas un de plus. Le reste n’est que discours marketing et si le verbiage peut être séduisant la confrontation à  la réalité du monde de travail donne souvent un verdict sans appel.

Aucune solution ne peut s’implanter durablement à  grande échelle dans l’entreprise si elle ne prend pas en compte un des points suivants (voire les deux) :

– intégration poussée avec le client mail. Cela peut se faire de différentes manières, de la plus simple (alertes, notifications) à  la plus aboutie (widget dans le client, services partagés…).

– intégration avec les outils traitant les activités structurées (CRM, ERP, BPM etc…voire outils de GED). Interactions et conversations naissent souvent de la difficulté de résoudre une problématique business, et devinez où naissent ces problématiques pour le collaborateur lambda ?

On peut tenir une multitude de discours aux collaborateurs, leur proposer toute une kyrielle d’outils. La vérité est simplissime : qui refuse de s’attaquer et prendre en compte ces deux points d’entrée stratégiques parle un langage que le collaborateur ne comprend pas, lui pose des problèmes sans apporter de solution.

 
  • Le multitasking est une chimu00e8re si l’on ru00e9flu00e9chit en termes de performance. Pour u00eatre ru00e9ellement performant sur une tu00e2che, il faut se du00e9polluer de tout ce qui n’est pas essentiel et de tout ce qui peut gu00e9nu00e9rer des interruptions. L’email ou tout autre moyen de communication est un gu00e9nu00e9rateur d’interruption potentiel.nFermez vos boites mail, concentrez vous sur votre tu00e2che et seulement sur celle-ci, et gagnez en performance. n

  • Le multitasking est une chimère si l'on réfléchit en termes de performance. Pour être réellement performant sur une tà¢che, il faut se dépolluer de tout ce qui n'est pas essentiel et de tout ce qui peut générer des interruptions. L'email ou tout autre moyen de communication est un générateur d'interruption potentiel.
    Fermez vos boites mail, concentrez vous sur votre tà¢che et seulement sur celle-ci, et gagnez en performance.