Dans la foule de livres qui parlent de transformation digitale sous une forme ou sous une autre,  je voudrais ici attirer plus particulièrement votre attention sur l’excellent Disrupting Digital Business: Create an Authentic Experience in the Peer-to-Peer Economy de Ray Wang.

Un livre qui présente plusieurs intérêts dont celui d’être clair, concis agréable à lire (même pour ceux qui ne sont pas totalement à l’aise en anglais) et d’apporter un certain nombre de clé de lectures du phénomène digital qui ne sont pas sans intérêt. Bref je le recommande à quiconque s’intéresse peu ou prou au sujet.

Élément clé du nouveau paradigme : plus personne ne vend de produit mais des services et des expériences. Dès lors la mission d’une entreprise n’est plus seulement de livrer ou exécuter mais de tenir une promesse, ce qui traduit le niveau d’attente croissant du consommateur.

Selon Ray Wang il n’est plus question d’amélioration incrémentale de l’existant mais bel et bien d’une réinvention, de l’exploration de champs totalement nouveaux. Plus que la transformation digitale, il analyse la transformation des business models dans une économie ou la valeur ne vient que le capacité à délivrer des expériences uniques et authentiques.  Cette analyse est effectuée au travers de plusieurs composantes de ces modèles nouveaux.

Tout d’abord les données. Non pas les données pour les données mais dans la mesure où, si elles sont utilisées convenablement et avec bon sens, elles permettent à une marque d’être non seulement pertinente mais de l’être au bon moment. La bonne action, le bon moment : chacun seul ne conduit qu’à l’échec et c’est à la fois cette notion de pertinence et de bon timing que doivent poursuivre les marques.

Ensuite l’authenticité. Une expérience n’est pas bonne si elle n’est pas authentique, peu importe qu’elle en mette pleins les yeux elle ne marquera pas, n’aura qu’une valeur relative si elle n’est pas authentique par rapport à la marque.

Le troisième est l’anticipation et la compréhension. Anticipation car la masse de données générée au quotidien, sans compter ce que va nous amener l’explosion des objet connectés en la matière, nous permet d’anticiper le futur.  Nous allons davantage opérer en fonction de prévisions et de probabilités qu’en fonction de process pré-établis. Les machines capables d’apprendre et d’intéragir en langage naturel avcc des humains seront capables de résoudre des problèmes et apporter des solutions là où elles n’apportent aujourd’hui que les informations permettant à l’utilisateur de résoudre le problème.

La quatrième est la mise en réseau de l’économie, notamment pour ce qui est de l’innovation et de la création. On ne parle pas seulement d’entreprises mais également et surtout d’individus. Le champ des possibles pour ceux qui sauront s’insérer dans l’économie « Peer-to-peer » est quasi infini. Mais encore faut il justement en comprendre les leviers et les codes.

Et enfin vient la question du travail dans l’économie digitale et de la transformation interne sans laquelle une entreprise aura bien du mal de se mettre en mouvement sur les points qui précèdent.

Voilà pour le tour d’horizon. Chaque point est traité de manière très pédagogique avec de nombreux exemples et un raisonnement très structuré. J’ai aussi beaucoup apprécié le niveau de vulgarisation d’un certain nombre de concepts ici disséqués et rendus facilement intelligibles pour tous afin que lecteur en fasse quelque chose de retour au bureau.

Vous l’avez compris, une lecture indispensable.

disrupting-digital-business-in-the-peertopeer-economy-16-638