Les 20 et 21 mars prochain aura lieu HRTechWorld London Unleash London. Un rebranding qui avait été annoncé à Amsterdam en Octobre dernier.

Bon alors vous me direz qu’il s’agit juste d’un rebranding marketing et qu’il n’y a pas lieu d’en faire tout un plat. D’autant plus que la baseline d’HRTech World était « Unleash your People » (déchainez vos collaborateurs), on ne peut parler d’une révolution copernicienne. Oui mais…non. Derrière ce qui peut ressembler à de la cosmétique marketing se cache un changement à la signification forte pour les RH et le reste de l’entreprise.

La performance des entreprises : toujours une question de personnes

On parle beaucoup de robots qui vont s’emparer des jobs des humains mais il n’en reste pas moins que quand on parle de performance des organisations on en revient toujours aux collaborateurs. Question de talent intrinsèque, de formation, d’alignement.

Et qu’en sera-t-il dans un monde où les robots seront de plus en plus présents et où une partie de plus en plus significative des emplois seront des contractants et non des salariés ?

Pour les robots j’attends vraiment de voir…pas sur que la vague soit aussi forte ou arrive aussi vite que prévu…et qu’elle ne finisse pas par reculer quand on aura vu ce que ça fait de jouer aux apprentis sorciers. D’un votre côté vu le nombre de jobs qui ont été conçus pour des robots puis donnés à des humains à qui on a demandé de se comporter comme des robots…pas sûr que que ce soit une si mauvaise choe. Wait and see. Pour les contractants, va indéniablement se poser la question du management et de l’expérience employé dans l’entreprise étendue.

Mais si la question est « l’homme sera-t-il toujours aussi important alors qu’il y en en a de moins en moins dans l’entreprise », ma réponse est justement que moins il y en aura plus ils seront importants, moins on aura le droit de se tromper sur leur recrutement et leur développement.

Les RH rois de la performance hors contexte

Dans ce contexte on peut se dire que la fonction RH va devenir de plus en plus centrale (depuis le temps qu’on le dit ou l’espère…). Oui…mais une fois encore…non.

Les RH ont une expertise RH, les métiers des expertises métier et la performance se trouve au croisement des deux. Comme je le disais ici, l’avenir de la fonction RH est d’aller vers le métier, quitte à mettre les mains dedans,  ce qui, on le verra dans un prochain article, est  évident mais est infiniment plus facile à dire qu’à faire. Les RH livrent des diamants, les métiers les façonnent et leurs donnent de la valeur. Le diamantaire n’est ni un artisan ni un tailleur de pierre et dans notre cas c’est tout le problème.

Josh Bersin disait à Amsterdam : « HR is the productivity function of the company » (les RH sont la fonction de productivité de l’entreprise ». Je ne suis qu’à moitié d’accord : ils le devraient, certains l’aimeraient, d’autre moins mais ils sont loin de l’être dans les faits.

La performance est un sujet RH, les RH sont l’affaire de tous

Ce qui compte ça n’est ni le talent ni le métier mais le talent dans le contexte du métier. Un talent mal managé et soumis à des process dysfonctionnels est un talent sous exploité voire gâché. Le meilleur manager qui a mis en place les meilleurs process sera bloqué par un talent limité.

Dans cette équation les RH ne tiennent qu’une partie des leviers et si ils constatent que d’autres gâchent le potentiel qu’ils mettent entre leurs mains ils n’ont pas le pouvoir ni la légitimité ni la compétence pour rentrer au cœur du métier et le transformer.

Dans ce contexte les RH ont un second problème : ils sont seuls. On ne peut dire que le sujet de la performance est un sujet transverse, large et éminemment lié aux talents et en faire porter la responsabilité à une fonction qui ne tient que la moitié des leviers.

• Les RH n’ont pas la main sur les process métier.

• Les RH n’ont aucune culture marketing et ne parlent pas au marketing.

• Les RH ont une très faible culture de la donnée et n’interagissent que peu avec ceux qui l’ont un peu développée.

• Pour accomplir leur mission les RH ont besoin a minima d’un reboot de leur fonction, voire d’un reboot de l’entreprise. Si on avait fait un sondage à la sortie de HRTechWorld Amsterdam je pense qu’il y aurait eu consensus sur le sujet. Mais où étaient les CEO et autres directions métier dans la salle afin de partager ces expériences et ces moments de sensibilisation ? Nulle part.

Commeht parler des RH au reste de l’entreprise ?

En fait l’enjeu est celui là : faire comprendre à tous que le scope des RH s’agrandit et que le concours de tous est nécessaire pour faire rentrer la fonction dans le 21e siècle, pour qu’elle ait l »impact qu’on attend d’elle alors qu’ils n’en ont pas les moyens. Pas qu’on ne veuille pas mais parce qu’on les laisse dans leurs silos sans s’intéresser à leurs sujets.

Il y a 2 ans j’ai emmené mon Président à HRTech. Des sujets qu’il sait important mais qu’il déléguait à des personnes en charge. Quand il est revenu il a impulsé de vrais changements car il a compris ce qui était en jeu et en un an a totalement repositionné la fonction.

Quand on y regarde de près en dehors de tracks métier spécialisées, le message de HRTech était davantage culturel, business, managérial : quelle entreprise pour tirer le meilleur des talents dans le monde d’aujourd’hui. Et si on ne parle qu’aux RH on rate la moitié des personnes concernées et on n’aide pas les RH à faire passer le message.

Unleash pour parler à tout le monde

C’est ce que je vois derrière ce naming : la volonté de parler à tous avec un marqueur RH et Technologique moins apparent pour séduire large. Bien sur on va parler de RH et de technologie mais d’abord du business dans le monde dans lequel on vit, du modèle d’entreprise pour y réussir, des talents, et ensuite de la manière dont on les gère et les outille.

On n’est qu’au début de l’histoire mais l’idée d’une conférence a priori RH qui attire d’autres directions métier, les gens du business, la direction parce qu’en fait on se rend compte que le sujet parle à tous, est un sujet partagé, me séduit car c’est à ce prix qu’on fera bouger les choses dans les entreprises.

Ce changement ne fait que traduire ce qui est souhaitable et nécessaire.

L’autre jour je faisais une intervention dans un séminaire interne des RH d’une entreprise. A la fin ils ont terminé par des questionnements comme « le  vrai HR business partner doit il avoir les mains dans le business ? » ce qui entraine « faut il davantage de gens issus des métiers aux RH ? » voire « faut il imposer aux RH d’aller faire des immersions longues dans les métiers ? ». Aujourd’hui on en est loin mais quand la question émerge la réponse semble moins évidente qu’il y a 5 ou 10 ans.

Voilà pourquoi Unleash est pour moi plus qu’un rebranding. Reste à voir combien de temps il faudra pour que cet angle nouveau trouve son audience.

En attendant on se retrouve à Londres les 20 et 21 mars 2018…et au pire je vous raconte tout ça sur ce blog en rentrant.