Se connaitre et connaître les autres: le style social

Cela commence par un excellent article de Nolwenn sur les styles sociaux ou comment comprendre son interlocuteur, sa manière de fonctionner et ses attentes pour mieux travailler et communiquer avec lui.
Quid de l’efficacité et de la validité du procédé…

J’entend souvent protester contre ce type de pratiques, sur le thème du « on ne met pas les gens dans des cases ». D’un autre côté pour avoir pratiqué la chose et m’y être soumis moi-même je trouve le résultat assez cohérent. Cela a aidé certains à  mieux me comprendre et ainsi mieux fonctionner avec moi, et moi à  mieux m’adapter à  eux.

Si on se réfère à  l’article de Nolwenn et aux résultats que cette méthode a donné sur ma personne je suis un controlant à  tendance analysant. C’est à  dire un ascendant réservé. Déjà  une première remarque s’impose. Ces méthodes donne une tendance générale. Je peux être trèx extraverti par moments. Quant au caractère dominant il ne faut pas le confondre avec « volonté d’écraser les autres ». Je dirai plutot, capacité à  prendre les choses en main quant il le faut.

En effet je pense que dans ce genre d’évaluation il faut donner le mode d’emploi: j’ai pu remaquer lorsqu’avec mes camarades de promos nous avons été ainsi « évalués » de l’attitude de certains, prompts à  dire: « untel est comme ça donc… ». Il s’agit là  de styles prédominants. Ainsi ceux qui avaient tendance à  s’imaginer que les gens étaient « comme ça et pas autrement » ont été surpris de voir un controlant faire le pitre, un faciliant pousser un coup de colère etc…

Continuons:je suis supposé être déterminé / résolu, soucieux de l’objectif, efficace, impatient, aimant prouver, orienté vers le concret et le bénéfice, intéressé aux résultats, affairé, pressé, direct, assuré, exigeant, démontre, agit, tourné vers le présent. Mea culpa, globalement c’est ça. Ce qui m’inspire une seconde remarque tirée du vécu. Ce test pratiqué au début de notre formation a eu des effets néfastes sur les relations interpersonnelles au départ. En effet étant donné que nous nous connaissions peu, beaucoup se sont servis de ces résultats pour se faire une première idée des autres. Les controlants, tueurs de sang froid, étaient infréquentables, les promouvants ont mal vécu leur coté « brasseur d’air insousciant », les facilitants leur aspect « bonne poire sympa » etc… Or je le redis: c’est une tendance générale. On est tous un peu tout ça mais dans des proportions variables. Et en en plus il n’y a pas de bon ou de mauvais style: on est comme ça et c’est tout. tout au plus certains profils seront plus adaptés à  tel ou tel type de travail.

Pour ceux qui veulent la suite de mon mode d’emploi, mes besoins sont l’auto-réalisation, prendre des décisions, atteindre ses objectifs (oui quoique je refuse le fait de vouloir a tout prix diriger, je m’efface toujours devant meilleur que moi, le truc c’est qu’on me donne souvent les clés de la maison sans que je le demande), je stresse dans les situations ou je ne maitrise pas et ou on décide à  ma place (faux, sauf si j’estime être mieux placé que la personne qui décide, et parfois cela fait du bien de pouvoir un peu compter sur les autres), et pour me motiver il faut me donner des objectifs et des responsabilités (en général je me motive très bien tout seul).

En allant plus loin on trouve toute une gamme d’outils, d’attitudes, qui permettent à  chacun de s’adapter au style de l’autre. De manière concrête je reconnais que cela me simplifie souvent la vie. Quand chacun à  le « mode d’emploi » de l’autre on se comprend mieux, on communique mieux, donc on travaille mieux aussi.

En conclusion, et en réponse à  ceux qui n’aiment pas se retrouver dans des cases ni y mettre les autres: c’est valide et ça marche. Il est utile de savoir mettre les gens dans leur case, mais la grande qualité pour celui qui utilise ces procédés, c’est de reconnaitre que l’autre peut aussi sortir de sa case. Car après tout on reste des êtres humains.

Bertrand DUPERRINhttps://www.duperrin.com
Head of Employee and Client Experience @Emakina / Ex Directeur Consulting / Au croisement de l'humain, de la technologie et du business / Conférencier / Voyageur compulsif.

Derniers articles

Vous avez aimé ce billet ? Suivez moi sur les réseaux sociaux :