Banalités (?) sur l’innovation en entreprise

Sharing is caring!

Une entreprise qui n’innove pas meurt. C’est évident, quasi darwinien. Si elle n’innove pas elle ne progresse pas dans son efficacité interne et ne sort pas de nouveaux produits. Elle laisse donc la porte ouverte à  ses concurrents pour la rattrapper, voire la dépasser.

Qui peut innover dans une entreprise? Tout le monde. Les concepteurs de produits d’abord. En général ils le font bien (c’est leur boulot et ils sont payés pour ça). Après les décisionnaires au dessus font les bons ou les mauvais choix sur ce qu’on leur propose mais là  n’est pas notre propos.

Les managers aussi peuvent innover, dans la manière de gérer une équipe, de la faire vivre, de l’organiser. D’ailleurs de manière générale les « services centraux » peuvent innover dans tout ce qui touche le fonctionnement interne.

Quand je dis managers je le dis au sens large: dans une entreprise tout le monde manage quelqu’un. Des fois c’est évident et couché sur le papier, des fois ça ne l’est pas de manière formelle mais c’est tout comme. Dans une équipe à  niveau de responsabilité égale, celui qui de par son leadership a l’ascendant naturel sur les autres est un manager de fait. Une assistante manage sa stagiaire. Et au fond nous sommes tous managers de nous-mêmes, quelque soit notre poste et nos responsabilités. Une receptionniste ou une femme de ménage peut innover dans la manière dont elles acccomplissent des tches a priori simple et par des modifications mineures gagner en efficacité et en qualité.

J’ajoute un postulat (libre a vous de me démontrer le contraire): tout le monde a au moins une fois dans sa vie une idée sur l’amélioration de son travail. Pour certains c’est presque une idée par jour.

J’ajoute que depuis Maslow on sait tous que nos collaborateurs ont besoin de reconnaissance. Et que l’on veut tous des collaborateurs motivés et investis.

Je récapitule: l’entreprise doit innover et le sait, chacun peut innover, tout le monde a des idées, tout le monde a besoin de reconnaissance, la prise en compte des idées amène la reconnaissance, on sait qu’il faut donner de la reconnaissance pour améliorer l’investissement.

Je constate: tout le monde a des idées, peu en font part, les managers en tiennent peu compte en encore moins s’il s’agit de les faire remonter, personne ne veut que les choses bougent mais tout le monde voudrait que ça change (paradoxal non?) mais se dit que c’est trop difficile. Et puis on clot le débat car « on a toujours fonctionné » ainsi et faire autrement n’est donc pas possible.

Conclusion: masochisme? peur? sclérose? manque de volonté? volonté mais manque d’outils pour la concrétiser?

Sharing is caring!

Bertrand DUPERRINhttps://www.duperrin.com
Head of Employee and Client Experience @Emakina / Ex Directeur Consulting / Au croisement de l'humain, de la technologie et du business / Conférencier / Voyageur compulsif.
1,794FansJ'aime
1,257SuiveursSuivre
74AbonnésS'abonner

Articles récents