Capital IT Live (ou presque)

Sharing is caring!

capitalItAprès l’Entrepreneur Workshop où l’on a appris avec joie que la spirale de l’investissement repartait de manière positives vers les jeunes pousses innovantes et où fut dispensé un intéressant contenu sur le financement de ces structures et la meilleure voie pour gérer ces phases critiques et ses relations avec les capitaux risqueurs, nous voici enfin dans le vif du sujet, à  Capital IT.
Au programme: 2 jours où se succéderont présentations d’entreprises et de projets innovants et interventions de références de la net économie et du financement.

Mes impressions et notes au fil de la journée (et désolé pour le style parfois télégraphique…)
[Article en cours d’écriture sur toute la durée de Capital IT]

Pour info je me contenterai de traiter des conférences …en ce qui concerne les projets présentés leur liste est sur le site de l’évènement et il n’est pas de mon propos de les évaluer…quoique tout le monde sache l’affection que j’ai pour bluekiwi

Introduction: François LOOS, ministre de l’industrie.

Jeff Clavier (SoftTech Venture Consulting)

Raisons de l’importance de la Silicon Valley :Ambition, tolérance à  l’échec, richesse de l’écosystème. Si pas d’échec c’est qu’on a pas assez risqué.

What’s news avec 2 .0 ? Moins cher, plus ouvert, plus social

– coûts d’infrastructures 10 à  30 fois inférieurs. La barrière économique de création et de lancement s’est abaissées
– – plus ouvert : partage des plans avec ses alliés, son écosystèmes
– pénétration des web services et des mashup (ne pas réinventer la roule, récupérer de l’existant et se concentrer sur le résultat final.
– L’utilisateur devien producteur + social networking
– Process de partage : travail en groupe, multitude d’évènements, non conférences.

Toutefois des soucis :

– trop de startup car peu de barrières à  la création. Donc peu de talents dispo sur le marché, ils ont déjà  créé leur propre startup.
– trop de features companies qui ne font qu’améliorer quelque chose d’existant
– ca coute rien de se lancer, ca coutye énorme de supporter des milions d’utilisateurs
– à  part pubs le modèle de business est limité

Soucis des Vcs:

– le marché par des IPO est mort. Jamais aussi peu d’IPO pour des entreprises backées par des VCS. Les acheteurs potentiels veulent de plus acheter très tôt pour ne pas trop lacher aux VC
– on voit l’inde et la chine non pour la production mais pour l’innovation. Les VC ne regardent donc plus uniquerment vers les US.

==> Questions (Jean Rognettta, les échos)

entrepreneur 2.0 ?

un mec qui a une idée, quitte son boulot, bosse tt seul sur une bêta et attend du feedback. Aujourd’hui ont peut partir sans le premier chèque donc plus simple qu’avant.

les business models de l’open source

SI on a une position de leader, on aura un retour plus fort que le classique. Il faut aggréger énormément d’utilisateurs pour que ça marche. On peut avoir un très bon business sur un modèle open source + consulting.

Les éditeurs ont de plus en plus du mal de vendre des licences.

Des nouveaux leaders globaux ou tous rachetés par des gros ?

Selon les VCS les sorties rapides ne permettront pas de construire les prochains leaders de l’internet. Mais une boite comme skype aurait pu aller beaucoup plus loin. Quelques startup peuvent aller plus loin que la vente rapide et devenir des futurs leaders.

Pierre Chappaz €“ Wikio

L’information est le domaine le plus impacté par le web 2.0.
Marre de ne pas pouvoir intéragir avec les médias.
Les médials ne peuvent plus considérer leur audiance comme passive et n’ayant rien à  dire car l’internet leur permet de prendre la parole.

Le départ du 2.0 c’est les blogs (dans la salle quasiment tout le monde en lit, et bcp d’auteurs). Ils permettent à  chacun de prendre la parole. Le nbre de blogs double tous les 5 mois et un jour tout le monde aura un blog.
Digg : blog collectif, on soumet un article à  l’appreciation des autres. Les articles apparaissent par ordre de popularité. Succès phénomènal car les blogueurs utilisent digg pour se faire connaître.

Faiblesse : digg ne traite que de high tech et les médias traditionnels en sont absents.

Agoravox. Blog collectif, nouveau média qui se crée à  partir des blogs. La frontière entre blogs et médias n’est pas nette. Cf génération mp3, meilleure source d’info sur les mp3.

Topics.net : super google news (reacheté par un groupe de PQR) présente de manière très structurée toute l’info du net mais avec une séparation blogs/médias. Même séparation yahoo ! news US (pas de blogs sur yahoo ! news en France).

Le switch intellectuel n’est pas fait du média traditionnel n’est pas fait.

Wikio :liste des milliers de sites pertinents français. Donne également la possibilité de publier directement sur wikio pour les non blogueurs.

Classement 50% entre machine et opinion : pertinence des mots clés + popularité en fonction de l’opinion des utilisateurs.

Wikio traite tous les sujets et prend ses sources dans les médias traditionnels et les meilleurs blogs.

A propos de netvibes

Page perso configurable en fonction de ce vous cherchez et utilisez sur le net.

Si les médias traditionnels n’ont pas grand avenir s’ils ignorent le online. Mais aller vers le net implique qu’on accepte la logique d’une conversation avec ses lecteurs qui n’acceptent plus l’aura toute puissante du média. Evolution lente car dificile remise en cause, peur due au départ des budgets pub vers l’internet.

Gilles Karolkowski (Intel – Marketing WiMAx)

Le WiMAX entre dans la catégorie des réseaux métropolitains. Norme pertinente pour réduire la fracture numérique.

WiMAX nomade: on ajoute des composantes wimax dans les ordinateurs portables comme on l’a fait avec le Wifi.

WiMAx mobile: adresse tous les terminaux mobiles.

Par rapport à  l’ère pré-WiMAX l’adoption d’un standard va faire baisser les couts d’adoption. Après 2008 wifi et wimax seront intégrès dans tous les terminaux fixes ou mobiles.

Usages nouveaux: P2P, jeux en ligne, délivrance de contenu multimédia plus aisé sur tout type d’appareil, contenu « on demand ».

L’Europe est en position de leader sur ce marché.

Sharing is caring!

Bertrand DUPERRINhttps://www.duperrin.com
Head of Employee and Client Experience @Emakina / Ex Directeur Consulting / Au croisement de l'humain, de la technologie et du business / Conférencier / Voyageur compulsif.
1,798FansJ'aime
1,250SuiveursSuivre
69AbonnésS'abonner

Articles récents