Pour rater un train encore faut il savoir que l’on doit se déplacer

trainUn titre quelque peu surprenant pour une réaction à  ce pertinent billet d’Alexis Mons. Il y évoque l’adoption des outils web 2.0 par les organisations et dit à  un moment :

J’ai l’impression qu’on ne s’est pas rendu compte que les organisations sont restés à  quai, nous en sommes tous au plaisir de ces nouvelles pratiques et nouveaux jouets, sauf que ça ne se passe pas tout seul…

Je partage complètement ce point de vue mais l’image des « organisations restées à  quai » m’a inspiré une réflexion plus globale. Pour rester à  quai encore faut il y être sur le quai. C’est à  dire avoir la conscience d’avoir un déplacement à  effectuer et se rendre dans une gare. Or cette conscience est loin d’être acquise.

Car comme le dit Alexis ça ne se passe pas tout seul. Il faut travailler non plus sur des outils et leur utilisation mais sur des usages. Quitte a enfoncer le clou il ne s’agit plus d’apprendre aux individus à  utiliser un outil mais à  s’utiliser eux-même, et à  s’utiliser les uns les autres (même si le terme utiliser peut paraitre maladroit je l’ai conservé pour l’analogie). On touche là  au coeur de l’entreprise, son management, son organisation, ses process, ses dogmes. Cela dépasse largement la mise en œuvre d’un quelconque outil, c’est une question de vision et de stratégie. L’adoption des outils 2.0 est la conséquence d’un changement global dont ils sont les leviers. On parle ici d’un changement profond, pas de cautères sur des jambes de bois.

L’organisation qui adoptera de manière optimale ces outils sera celle qui aura décidé de se remettre en cause, de se réinventer d’une certaine manière. Elle aura conscience que, lors des dernières années (ou décennies) elle a profondément changé, que son contexte à  changé, que les Hommes ont changé, que si son métier est resté le même, la manière de le faire n’a plus rien à  voir.

Pourquoi cette prise de conscience est elle si difficile alors ? Pour la simple et bonne raison que l’organisation regarde le monde et fait des choix en partant le plus souvent de présupposés erronés. Qu’au niveau de la prise de décision on se fie à  des indicateurs qui ne sont plus valables. On a créé des modèles performants dans un contexte donnée. 30 ans plus tard le contexte a changé mais les modèles sont restés. On gère des entreprises qui sont rentrées dans l’économie de la connaissance comme des entreprises industrielles des années 50/60, alors que, sans même parler des entreprises qui ne produisent que de l’immatériel, l’entreprise, même industrielle, de ce début de siècle est infiniment plus dépendante de sa matière grise que de ses cols bleus. Mais les normes sont restées alors que ce qui les a justifié a disparu.

Pour en revenir au thème de départ je pense que les organisations ne resteront pas à  quai. Mais il faut pour cela leur faire prendre conscience qu’un voyage est nécessaire afin qu’elles aient l’idée de se rendre à  la gare.

Le challenge est la prise de conscience au plus haut niveau : vous avez bien compris qu’on se se satisfera pas de micro-projets éparses car il faut une réelle implication au sommet vu le caractère global de l’évolution envisagée, évolution qui, qui plus est, touche l’entreprise dans ses croyances, ses normes, ses certitudes.
Il n’est pas d’idées reçues qui ne finissent par tomber. Le monde de l’entreprise a déjà  fait tomber par pans entiers des dogmes qui avaient fini par faire leur temps. Reste à  savoir quand.

Bertrand DUPERRIN
Bertrand DUPERRINhttps://www.duperrin.com
Head of People and Operations @Emakina / Ex Directeur Consulting / Au croisement de l'humain, de la technologie et du business / Conférencier / Voyageur compulsif.
Head of People and Operations @Emakina / Ex Directeur Consulting / Au croisement de l'humain, de la technologie et du business / Conférencier / Voyageur compulsif.
1,743FansJ'aime
11,742SuiveursSuivre
28AbonnésS'abonner

Découvrez le livre que nous avons co-écrit avec 7 autres experts avec pleins de retours d'expérience pour aider managers et dirigeants

En version papier
En version numérique

Articles récents