Pour une nouvelle mesure de la productivité

Sharing is caring!

indicateurJ’ai déjà  écrit à  de nombreuses reprises qu’il allait falloir rapidement trouver de nouveaux modes d’organisation en phase avec à  la fois :

– les modes d’interactions privilégiés des nouvelles générations

– les nouvelles formes d’organisation qui voient peu à  peu le jour

– l’accroissement irréversible du nombre de travailleurs du savoir pour qui il faudra bien enfin acter que le rapport entre travail et production n’est plus linéaire, que le travail posté à  vécu…et j’en passe

– les attentes de plus en plus fortes du corps social vers plus d’autonomie et d’équilibre entre la vie personnelle et la vie professionnelle. Non qu’ils demandent à  en faire moins, mais avoir le choix de lisser leur temps de manière globale, de reprendre en quelque sorte sur leur temps de travail ce que l’entreprise prend sur leur temps de loisir.

Dans cette optique je souscris totalement à  la définition du travailleur productif tel que la propose Pascal Veilleux.

Bon vous me direz qu’il s’agit d’un gigantesque changement de paradigme, que ça n’est pas possible car cela remet en cause la définiton même du travail sous contrôle etc.. Je rappellerai juste que la conception actuelle du travail et de son cadre n’est pas la même qu’il y a 10, 20, 30 voire a fortiori 40 ans. Y a-t-il eu une révolution brutale qui a destabilisé l’entreprise pour en arriver là  ? Pas du tout. Cela s’est fait dans la douceur et les individus ont peu a peu changé l’entreprise de l’intérieur, au fur et à  mesure que les générations se renouvelaient, que l’organisation prenait en compte de nouvelles données. D’ailleurs ceux qui a chaque époque ont dit “ça n’est pas possible” sont ceux qui 10 ou 15 ans auparavant soutenaient que les choses allaient changer devant ceux qui disaient “ça n’est pas possible”…et qui ont instillé ce changement malgré tout. Le changement aura donc lieu, mais de manière tellement douce qu’on ne s’en rendra compte qu’en regardant derrière nous d’ici 10 ans. Il aura bien sur été favorisé par l’évolution des profils dans l’entreprise et par la mise à  disposition et l’adoption des outils qui permettront la totale prise en compte de ces profils, de leur mode de fonctionnement et ainsi de construire un modèle de pilotage, de management et d’évaluation nouveau.

Car n’oublions pas que de mauvais outils de mesure (qui ne mesurent pas ce qui est important mais ce qu’on pense l’être ou sans prendre en compte les bons paramètres) sont clairement identifiés comme des freins à  l’entreprise agile et intelligente.

Sharing is caring!

Bertrand DUPERRINhttps://www.duperrin.com
Head of Employee and Client Experience @Emakina / Ex Directeur Consulting / Au croisement de l'humain, de la technologie et du business / Conférencier / Voyageur compulsif.
1,783FansJ'aime
1,274SuiveursSuivre
92AbonnésS'abonner

Articles récents