Quelle est la place future de votre système d’information pour votre performance ?

Avec l’arrivée annoncée des plateformes de social computing dans l’entreprise le débat sur le rôle du SI est relancé. Pas forcément de manière directe mais tout simplement qu’à  partir du moment où l’on dit que la richesse de l’organisation ne réside que dans les individus on se demande dès lors quel rôle donner aux outils.

Débat relancé sur wikinomics en réponse à  Nicholas Carr dont le scepticisme sur le rôle des SI n’est plus à  prouver. Je partage pour partie l’avis de Carr en étant convaincu que les ERP et autres CRM n’ont jamais permis aux entreprises de créer un véritable avantage concurrentiel. Ce qui ne veut pas dire pour autant qu’ils n’ont pas amélioré la performance opérationnelle. Cette dernière ne s’est simplement pas traduite (ou pas dans les proportions attendues) au niveau du marché. Nuance.

Quant à  dire qu’avec le web 2.0 le SI n’aura plus d’importance, c’est une voie sur laquelle je ne m’engagerai pas. Soit, ce qui compte sur les plateformes 2.0 c’est l’individu. Mais sans outil l’individu n’exprime pas son potentiel, ne le rend pas disponible. Et quand bien même ces outils seraient simples à  installer et à  administrer, il reste importante de piloter tout cela de manière cohérente, donc l’outil compte au moins autant qu’avant ne serait-ce que parce qu’il faut l’intégrer dans l’existant. C’est pour ces raisons que le SI mérite toujours autant d’attention.

D’autre part la sphère web 2.0 vient compléter l’existant : on ajoute en quelque sorte un hémisphère droit au SI actuel. De la même manière que je dis qu’il faut que l’activité informelle de l’entreprise soit réutilisée par le « business formel », les outils doivent permettre cette connexion, et l’information liquide une fois devenue solide doit réintégrer les circuits traditionnels . Les connecteurs entre plateformes sociales et outils traditionnels auront donc une importance cruciale.

Enfin, et cela découle de ce qui précède, les activités formelles de l’entreprise auront toujours besoin, eux, d’outils « de process » qui auront donc toujours un rôle crucial. Même s’ils ne seront plus les seuls.

Alors oui, le SI et les compétences qui lui sont liées resteront cruciales. Mais avec une dimension nouvelles : à  coté des outils dont la valeur réside dans une mise en oeuvre réussie afin qu’ils « fassent » ce qu’on attend d’eux on verra arriver des outils dont la valeur réside dans ce que les individus feront ensemble grâce à  eux. Des outils qui permettent à  l’individu de traiter l’information et d’autres qui traitent par eux même.

Même à  l’heure du « people-centrism », le SI restera clé car c’est lui qui permettra de tranformer le potentiel des individus.

Bertrand DUPERRINhttps://www.duperrin.com
Head of Employee and Client Experience @Emakina / Ex Directeur Consulting / Au croisement de l'humain, de la technologie et du business / Conférencier / Voyageur compulsif.

Derniers articles

Vous avez aimé ce billet ? Suivez moi sur les réseaux sociaux :