Une stratégie pour l’entreprise 2.0 ou l’entreprise 2.0 pour la stratégie ?

C’est bien joli de vouloir faire l’entreprise 2.0 (quelque soit le nom que l’on donne à  cette réalité) encore faut il savoir pourquoi. Comme je l’ai dit à  maintes reprises (ici notamment) le fait que le projet serve la stratégie aide à  l’adoption de nouveaux usages et des outils qui les supportent. Bien sur cela semble évident mais de la théorie à  la réalité il y a parfois un fossé.

C’est une thématique que je juge trop souvent absente du débat sur l’entreprise 2.0. Vouloir construire l’entreprise 2.0 et batir une stratégie au service de ce projet me semble être une erreur majeure. Et ce pour diverses raisons :

– l’entreprise y perd le nord : le moyen devient un objectif en tant que tel, or le déploiement réussi d’une stratégie passe par des objectifs partagés qui permettent l’alignement. Bref on construit sans savoir pourquoi. A titre de comparaison, pour les habitués des feuilles de calcul excel, on crée des références circulaires en faisant en sorte que la finalité du projet ne soit autre que le projet. Où le serpent se mort la queue…

– cela permet de valider que le concept est pertinent. Et comme l’entreprise 2.0 est un concept fourre-tout, cela permet de savoir ce qu’on en prend et ce qu’on en laisse. Halte aux recettes magiques qui s’appliqueraient uniformément, et bonjour le pragmatisme.

– cela permet…de ne pas créer l’entreprise 2.0. Je m’explique : l’entreprise a besoin a la fois de fonctionner à  la fois formellement et informellement, de se reposer à  la fois sur ses actifs tangibles et intangibles. Se focaliser sur l’aspect informel conduirait au mieux à  des synergies imparfaites, au pire à  la destruction de ce qui structure l’entreprise. Penser en termes d’objectifs stratégiques permet de réflechir en amont aux synergies et aux passerelles tant organisationnelles que techniques à  créer entre ces deux sphères. Car plus que de maitriser l’un ou l’autre de ces aspects, c’est la capacité à  les connecter qui fera qu’une entreprise réussira…ou pas. Il faudra donc tout concevoir en fonction de capacité à  réaliser ces connexions, ne faire que des choix « connectables » sur chacun de ces domaines, quitte à  ne pas choisir les meilleures solutions au profit de celles qui se prêteront aux synergies.

– parce que c’est la stratégie même qui permettra d’inclure les actifs intangibles dans la création de valeur (nous y reviendrons plus en détail dans quelques temps).

– parce que l’objectif d’une entreprise n’est pas de btir des plans permettant de formaliser l’organisation actuelle ou celle que l’on aimerait voir, mais batir l’organisation qui permettra l’atteinte de ses objectifs lesquels se mesurent en termes d’avantage compétitif et création de valeur.

Des sujets qui seront approfondis dans des notes à  venir.

Bertrand DUPERRINhttps://www.duperrin.com
Head of Employee and Client Experience @Emakina / Ex Directeur Consulting / Au croisement de l'humain, de la technologie et du business / Conférencier / Voyageur compulsif.

Derniers articles

Vous avez aimé ce billet ? Suivez moi sur les réseaux sociaux :