Quelle est la valeur du savoir, de l’expertise ?

Sharing is caring!

C’est une des questions à  la mode. Fini le temps béni ou on évaluait les individus en fonction du nombre de pièces fabriquées. Aujourd’hui le « capital connaissance » est capital, on évalue non pas une production certaine, planifiée, planifiable, mais une capacité à  faire face et à  proposer et mettre en œuvre des solutions devant tout type de problème.

Bref l’expertise a une valeur réelle mais lorsqu’il faut la quantifier en espèces sonnantes et trébuchantes on a souvent plus de mal. Comme j’ai déjà  pu l’écrire par ailleurs au niveau de la valeur des actifs intangible et du ROI de l’entreprise 2.0 dont je maintiens qu’ils se mesurent à  l’aune des process (formels et bien tangibles ceux-là ) qu’ils supportent, à  la valeur générée créée par les problèmes résolus. Ce qui montre bien, en passant, que le temps est le critère le plus inadapté qui soit pour mesurer le travail d’un collaborateur.

Pas de longue analyse aujourd’hui, juste deux petites histoires afin de bien vous faire saisir la chose et vous permettre, pourquoi pas, de briller au bureau ou dans les diners en ville.

Dans une usine une machine se met à  ne plus fonctionner et les ingénieurs n’arrivent pas à  identifier ce qui se passe.

Ils font alors appel à  un salarié à  la retraite qui a passé beaucoup de temps sur cette machine. Il vient, fait le tour de la machine, la regarde une minute, prend un morceau de craie et trace un cercle autour de la vis qui doit être resserée.

Il rédige alors une facture de 5000 euros.

« 5000 euros c’est ridicule ! Tout ce que vous avez fait c’est tracer un cercle à  la craie autour d’une vis ».

Il rédige alors une seconde facture

– Tracer un cercle à  la crée : 1 euro.

-savoir où tracer le cercle : 4999 euros.

(trouvé au départ ici).

La seconde (trouvée ici) montre davantage la richesse de l’expérience (et la nécessité de la partager) : un succès obtenu sans effort visible aujourd’hui n’est jamais rien d’autre que le résultat d’années d’efforts qui eux ne sont pas visibles sur le moment.

La légende dit que Picasso était en train de dessiner dans un parc lorsqu’une femme chauve s’approcha de lui

C’est vous ! Picasso ! Le grand artiste ? Il faut que vous fassiez mon portait, j’insiste

Il accepta. Il l’étudia un moment et croqua son portrait d’un seul coup de crayon. Il lui tendit alors son œuvre

C’est parfait ! Vous avez réussi à  capturer toute mon essence en un trait, en un instant. Merci ! Combien vous dois-je ?

5000 dollars.

Quoi ? Comment pouvez vous demander autant pour ce portrait ? Vous n’avez mis qu’une seconde à  le faire !

Ce à  quoi Picasso répondit : Madame, cela m’a pris une vie entière.

Sharing is caring!

Bertrand DUPERRINhttps://www.duperrin.com
Head of Employee and Client Experience @Emakina / Ex Directeur Consulting / Au croisement de l'humain, de la technologie et du business / Conférencier / Voyageur compulsif.
1,797FansJ'aime
1,248SuiveursSuivre
71AbonnésS'abonner

Articles récents