L’affaire a fait grand bruit la semaine dernière. Un consultant de 15 ans a produit chez Morgan Stanley un livre blanc sur l’utilisation des médias par les jeunes de sa génération. Et tout le monde de tomber en pmoison devant un document d’une telle pertinence, jusqu’à  propulser la chose en première page du site du Financial Times. Je me suis empressé de me jeter sur ce rapport qui allait changer la face du monde.

Je vous laisse en prendre connaissance avant de creuser un peu.

Media&Internet How Teenagers Consume Media

Quelques conclusions rapides :

– On apprend rien qui ne nous soit rabché depuis au moins deux ans. Guère surprenant puisque les rares chiffres cités sont des chiffres existants, aucune étude n’ayant été menée spécialement pour l’occasion.

– c’est un jeune de 15 ans qui nous parle de ceux de son ge. A  la limite l’intérêt de la chose est que pour une fois cette génération d’adolescents n’est pas décrite par des adultes qui en profiteraient pour faire passer leurs propres messages mais par un de ses membres.

– à  part ça…

J’oubliais un point important. Parce que cela vient de chez Morgan Stanley, et avec le bruit fait autour, les entreprises « classiques » seront plus à  l’aise avec ce document que s’il émanait des habituels évangélistes de la rupture permanente. Mais elles n’apprendront rien qu’elles ne savaient.

Une note qui n’a donc pas raison d’être, en dehors du fait qu’elle me suggère quelques réflexions ?

– quel était l’objectif de Morgan Stanley ? Qu’on ne me dise pas qu’ils n’avaient rien sur le sujet auparavant.  Est-ce pour comprendre ses futurs clients (vocation marketing) ou ses futurs collaborateurs (vocation interne, RH) ? Ou juste pour occuper un stagiaire ?

– je comprend que Morgan Stanley soit tellement fier du travail de leur stagiaire qu’ils le partagent et le diffusent par monts et par vaux. Mais plutôt que prendre connaissance du rapport je pense que la vraie question, le vrai apport, serait d’avoir la réponse à  la question suivante : quels enseignements en tirent ils, qu’est ce qu’ils vont en faire derrière ? Je ne crois pas que quiconque se satisfasse encore d’une prise de conscience sur ce genre de problématique. Ce que les entreprises attendent c’est de savoir comment leurs pairs partent de ce constat pour construire leur organisation et leurs pratiques de demain. Ce qui manque à  ce rapport est une partie consacrée au « et après » ? Mais peut être cela n’a t’il même pas été envisagé. Peut être cela n’était pas l’objectif.

L’age du consultant n’a rien de pertinent dès lors que tout le monde connait ces informations depuis belle lurette. Sauf si le seul but de l’opération est de faire le marketing de Morgan Stanly sur le dos d’une étude qui n’est qu’un prétexte. N’importe qui aurait pu faire une telle série de copier/coller.

Si ne je devais leur donner qu’un conseil ce serait : cessez de faire du bruit autours de rapports sans grand intérêt et écoutez vos clients, leurs enfants, ainsi que vos enfants. Et agissez.