L’entreprise 2.0 est elle possible sans pensée positive ?

Autant commencer par asséner une vérité qui n’est en rien une nouveauté et ne surprendra personne. Nous sommes tous différents, avec nos cultures, nos valeurs, nos attentes et si on peut avoir un semblant d’uniformité au niveau local, la diversité de notre monde nous revient en pleine figure dès lors que, et c’est le cas de plus en plus de personne, on évolue dans un monde globalisé.

De la même manière une idée, une tendance, un concept véhiculent également une partie de la culture de ceux qui l’ont créé. Que l’on parle de choses aussi diverses que le jazz, la gastronomie, la démocratie, le basketball….ils ont traversé les frontières emprunts des valeurs de leurs créateurs et ont, avec le temps, réussi à  s’implanter en se teintant de couleur locale, en se laissant revisiter par les locaux pour devenir acceptable au regard de leur identité.

Une des caractéristiques de l’entreprise 2.0 est d’être fortement empreinte de pensée positive, quelque chose qui nous est relativement étranger et dont, même si on essaie de nous sensibiliser  l’occasion pendant nos études, on ne prend la mesure qu’en aller se frotter à  des cultures différentes, notamment nord-américaine.

Sans rentrer dans les détails disons qu’une culture qui promeut certaines valeurs, où l’on pense toujours qu’on pourra améliorer les choses demain, que partant de là  tout doit être vu comme une opportunité, où le travail et la réussite professionnelle sont vus comme des moyens de s’épanouir personnellement porte en elle certains gênes qui ne sont pas neutres. Cela génère notamment une capacité à  explorer la nouveauté, à  s’engager avec les autres, qui devient intéressante lorsqu’on explore n’importe champ inconnu, et plus encore par rapport aux sujets qui sont les notres.

Je vous renvoie à  cet article qui exprime la chose plus clairement et dont je cite toutefois un extrait :

Successful people act as though they have accomplished or are enjoying something. Soon it becomes a reality. Successful people often find themselves in situations where risk and uncertainty is hanging over them and if they were to take on a negative mindset then failure would rear its ugly head. Instead high achievers embrace risk and uncertainty in difficult situations and keep a positive outlook. Nine times out of 10 usually end up with the results that they had in mind all along.

Positive attitude is extremely important, as it encourages individuals to approach each day, and each problem, with a bright outlook. In a team environment, a positive attitude encourages a team to work together with individual styles and personalities. Positive attitude is not only about choosing to have a good outlook through good times and bad, but also about learning to love what you do. I have observed that outstanding business people are successful because they deeply love their work.

Quant à  wikipedia, on y apprend que :

Pour le Positive Psychology Center, les vertus et forces morales mises en avant sont : amour et travail, courage, compassion, résilience, créativité, curiosité, integrité, connaissance de soi, modération, contrôle de soi, sagesse/

Les valeurs collectives et idéaux sociaux sont : justice, responsibilité, civisme, parentalité, soutien, éthique professionnelle, leadership, esprit d’équipe au travail, projet et tolérance..

Je ne peux m’empêcher de penser que non seulement les logiques comportementales portées par l’entreprise 2.0 se retrouvent ici dans une certaine mesure mais, surtout, que tout ce qui touche au déploiement, à  l’adoption diront certains, repose souvent et essentiellement sur ce type de ressort.

Je ne peux pas, non plus, m’empêcher de constater que, pour dire les choses abruptement, et bien chez nous ça n’est pas l’inverse mais presque. Pas mieux, pas pire, mais différent. Stricte séparation entre vie personnelle et professionnelle, le travail vu comme une contrainte et pas une source d’épanouissement, une grande méfiance par rapport à  l’entreprise et toute tentative d'”avaler” l’individu et de trop l’enfermer dans le groupe… Je force un peu le trait mais on en est pas loin…

Une fois ce constat fait, quelles conclusion en tirer ?

Inutile de disserter la capacité d’un certain nombre de pays à  inventer ce concept. Après tout il est là , maintenant la seule question est de l’implémenter d’une manière intelligente (c’est à  dire ne pas “socialiser” pour le plaisir mais travailler la performance au travers de la socialisation).

Par contre c’est au niveau méthodologique qu’il nous faut être inventifs. Ou tout au moins lucides.

L’essentiel des “best practices” nous parvenant d’outre atlantique ont une caractéristique : avec de la passion, en mettant ses tripes sur la table, en y croyant, on finit par convaincre et entrainer les autres dans une dynamique collective. Transposez le message tel quel ici et vous vous rendrez compte que construire un projet sur des valeurs et notions telles que la passion, l’évangélisation, l’adoption…cela ne passe pas aussi facilement. La notion même d’adoption peut laisser pantois au pays de Descartes de par son coté justement peu rationnel. Et on comprend pourquoi la notion d’évangéliste ne trouve pas sa place dans nos entreprises, le mot ne faisant pas partie du champ lexical de l’entreprise.

Cela ne veut pas dire que cela ne marche pas, cela veut dire que quelque chose de plus rationnel et en phase avec le public à  qui on s’adresse est à  mettre en place. En démarrant sur l’intérêt plus que sur la passion, sur l’enrichissement du travail individuel avant de projeter des logiques collectives, bref en prenant en compte qu’on a affaire à  une population qui analyse, discute, débat, contredit et argumente par nature devant toute proposition, peu importe l’autorité dont elle émane.

Remarquez que ça n’est pas une spécificité locale. J’ai l’exemple d’une discussion se passant dans une grande entreprise que je nommerai….X. Des personnes en charge de l'”évangélistation” partagent leurs bonnes pratiques. Des nord américains d’un coté, des sud européens de l’autre. D’un coté de l’envie, de la passion, de la conviction, une recherche forte de l’appartenance et du collectif. De l’autre : focus sur les tches personnelles et prise du compte de la volonté de maitriser son engagement “social” chez les collaborateurs. La meilleure méthode ? Match nul. Simplement chacun a un “public” qui réagit à  des stimuli différents (et la preuve s’il en est que la culture nationale primera toujours sur la culture d’entreprise).

Alors oui, toutes ces choses fonctionneront dans des pays comme les nôtres où l’on aime analyser et disséquer tout ce que l’entreprise nous propose pour décider is on va jouer le jeu ou non. Ca sera plus analytique que “fun”, plus rationnel que créatif, mais cela passera. Après tout le pays qui a donné naissance à  Descartes et inspiré les rationalistes du 17e siècle ne peut se renier.

Nous disions donc que le besoin de sens et d’alignement….je vous laisse finir la phrase.

Bertrand DUPERRINhttps://www.duperrin.com
Head of People and Operations @Emakina / Ex Directeur Consulting / Au croisement de l'humain, de la technologie et du business / Conférencier / Voyageur compulsif.
Head of People and Operations @Emakina / Ex Directeur Consulting / Au croisement de l'humain, de la technologie et du business / Conférencier / Voyageur compulsif.
1,757FansJ'aime
12,296SuiveursSuivre
24AbonnésS'abonner

Le confinement expliqué à mon boss

Découvrez le livre que nous avons co-écrit avec 7 autres experts avec pleins de retours d'expérience pour aider managers et dirigeants

En version papier
En version numérique

Articles récents

Abonnez vous à ma Newsletter !

Et recevez chaque semaine les derniers articles et des contenus exclusifs.

Je consens à ce que mon adresse email soit utilisée pour m'envoyer la newsletter de Bertrand Duperrin.

 

 

Je vous remercie pour votre confiance

Dans le respect strict de la RGDP vous allez recevoir un email vous demandant de confirmer votre inscription. 

 

Vérifiez qu'il ne soit pas tombé dans vos spams ou un dossier "notifications"
Vous pourrez de toute manière vous désabonner à tout moment.

Ne partez pas si vite !!!

Ce serait dommage de rater les prochains articles !

Abonnez vous à ma newsletter....

Recevez les articles chaque semaine dans votre boite aux lettres ainsi que des contenus exclusifs...

Je consens à ce que mon adresse email soit utilisée pour m'envoyer la Newsletter du Bloc-Notes de Bertrand Duperrin

Vos coordonnées ne seront partagées avec personne et ne serviront en aucun cas à vous envoyer de la publicité.

Dans le respect strict de la loi et de la RGDP vous allez recevoir un email vous demandant de confirmer votre inscription. 

 

Vérifiez qu'il ne soit pas tombé dans vos spams ou un dossier "notifications".


Vous pourrez de toute manière vous désabonner à tout moment.

Merci pour vôtre intérêt !