Casser les silos et faire du teambuilding à  coup de post-its

Résumé : rassembler, créer du lien, un sentiment d’appartenance, apprendre à  collaborer hors des silos sont des enjeux auxquels les entreprises font tant bien que mal face, avec des dispositifs souvent couteux et au résultat aléatoire. Et puis, parfois, les choses se passent spontanément. Les salariés des entreprises parisiennes ont profité de la baisse d’activité estivale pour se livrer une compétition à  coups de fresques réalisés avec des post its sur les fenêtres de leurs immeubles. Derrière ce qui ressemble à  un jeu ou une futilité, un programme de teambulding spontané comme peu de DRH l’auraient imaginé. Et une opération marketing exemplaire pour Post-It qui n’a rien vu venir et a du suivre le mouvement sans l’avoir initié ni dirigé à  aucun moment.

Parmi les sujets récurrents traités sur ce blog, on trouve la collaboration, la nécessité de contrebalancer la rigidité de silos qui pénalisent l’entreprise, la cohésion, l’engagement et, souvent, des dispositifs reposant sur des logiciels de type « sociaux » permettant de faciliter de tels desseins. Le plus souvent, lorsqu’on regarde le coté pratique, ce sont des dispositifs qui demandent organisation, pilotage et dont l’impact budgétaire ne peut être ignoré. Entreprise 2.0 ou pas, social business ou pas,d’ailleurs, peu importe. Comme je l’ai à  maintes fois constaté : rien ne se passe en ligne qui n’aurait de raison hors ligne. Autrement dit, si, lorsqu’ils sont ensemble, vos salariés n’ont ni envie ni raison de se parler, échanger, collaborer, se mettre au service les uns des autres, le meilleur outil de réseau social ou le plus bel intranet du monde n’y changera rien.

Les entreprises investissent beaucoup dans des programmes supposés améliorer la cohésion, le teambuilding etc… Pour des résultats parfois aléatoires. Et puis il arrive que les choses se passent seules, comme par miracle.

Au début de l’été on a vu fleurir d’étranges dessins sur les vitres des bureaux de certaines entreprises à  travers Paris. Tous réalisés à  base de post-its. Selon les historiens spécialisés c’est Ubisoft qui aurait ouvert le feu. Bien sur, lorsqu’on se lance dans un tel exercice, cela ne passe inaperçu vu de la rue. Et l’entreprise d’en face réagit et montre qu’elle peut faire au moins aussi bien. D’ailleurs on voit même des « bien joué » et « bravo » écrits en post-its venant de salariés qui félicitent ceux de l’entreprise d’en face pour leurs créations. Et peu à  peu les post its se sont mis à  recouvrir les vitres des bureaux à  travers la ville.

Blogs mais également médias, journaux se sont emparés de l’affaire qui est devenue un phénomène de société sous le nom de « post it war ».

Et puis réaliser un dessin en post-its sur une vitre c’est bien mais on trouve rapidement que cela manque d’ambition. Alors on se lance dans de véritables fresques sur plusieurs étages. Facile, il suffit de s’organiser et se coordonner entre personnes travaillant à  différents étages du btiment. Quant on sait que parfois au sein d’un même open space les gens peuvent ne pas se connaitre ou ne pas savoir ce que fait celui qui est à  l’autre bout de l’étage ou quelle est sa fonction, l’organisation d’un tel travail en impliquant des inconnus qui travaillent dans d’autres services, à  d’autres étages relève d’une gageure. Et produit des effets bénéfiques : les gens se rencontrent, apprennent à  se connaitre, développe des relations…et au final continuent à  se revoir, se parler etc.. Dans certains cas je suis prêt à  parier que certaines équipes ou départements travaillaient vraiment ensemble pour la première fois…voire se parlaient pour la première fois.

On a même vu des pique-niques s’organiser entre salariés de sociétés voisines.

 

Alors bien sur certaines entreprises ont vu la chose d’un mauvais œil. D’autres ont immédiatement vu le potentiel de la chose : les salariés étaient en train de réussir de leur propre chef ce que l’entreprise peine parfois à  faire en engageant des budgets conséquents. Quant à  la perte de productivité il parait que tout a été fait sur les pauses déjeuner. Et puis si ça évite de dépenser temps et argent sur des programmes beaucoup plus chronophages de mobilisation des salariés… Plus globalement à  l’heure où tout le monde parle de recréer du lien, de rapprocher les gens, de communautés, d’apprendre à  collaborer et se coordonner, de sortir des silos etc…on ne peut qu’applaudir et se réjouir de tout cela si on est vraiment en accord avec ce qu’on proclame.

 

En ce qui me concerne mes préférées sont

cette réalisation de 7 étages que l’on doit à  la Société Générale. 11 000 Post its ont été utilisés.

Coup de gràƒ¢ce final des collàƒ¨gues àƒ  la #postitwar. 11 000 pos... on Twitpic

 

Celle là  de chez Ubi Soft

 

Et pour finir, GDF SUEZ (pour le making of, cliquez ici)

Davantage de réalisations ici

Une dernière anecdote pour finir, à  l’heure où tout le monde parle de communautés de marques etc… 3M et Post-It n’ont rien vu venir et ont mis plusieurs semaines à  réagir pour surfer sur la vague. Preuve s’il en est qu’une communauté ne se crée pas mais qu’il faut savoir tirer le meilleur ce ce qui se passe « vraiment ». Aujourd’hui la page Facebook de Post-It France est aux couleurs de la Post-It war. Ils auraient voulu créer l’évènement qu’ils n’y seraient jamais parvenus…et il est certain qu’aucune agence n’aurait osé leur proposer un tel plan. Il semblerait même qu’à  la fin ils aient fournis certaines entreprises pour les aider à  réaliser leurs projets les plus ambitieux.

En attendant les immeubles de bureau parisiens se sont parés de belles couleurs tout au long de l’été, pour le plaisir de tous ceux qui sont restés.

Conclusion : les choses les plus simples sont souvent les plus efficaces, il faut savoir laisser faire les salariés et leur faire confiance, quand on on prône certaines valeurs il faut avoir des actes en conséquence….et tout démarre toujours « dans la vraie vie » et pas en ligne?

 

Bertrand DUPERRINhttps://www.duperrin.com
Head of Employee and Client Experience @Emakina / Ex Directeur Consulting / Au croisement de l'humain, de la technologie et du business / Conférencier / Voyageur compulsif.

Derniers articles

Vous avez aimé ce billet ? Suivez moi sur les réseaux sociaux :