Le Big Data, comme toute nouvelle technologie, a envahi l’entreprise de manière chaotique, en commençant bien sur par la DSI. Avec pour corolaire des initiatives disparates, peu cohérentes et in fine l’apparition de silos de données, ce qui est tout l’opposé de l’objectif poursuivi.

Une récente étude Forrester fait le point sur la situation et donne quelques pistes pour la construction d’une stratégie Big Data d’entreprise.

On y apprend que si l’informatique reste le principal utilisateur de Big Data, les métiers et l’opérationnel s’y mettent à grand pas. Notamment la finance, le marketing et les opérations. Les RH restent par contre en retrait.

Les principaux enseignements, en dehors de cette extension du périmètre des acteurs sont :

• Le Big Data ne repose pas sur une technologie unique, un couteau suisse de la donnée, mais sur un ensemble de technologies en fonction des objectifs poursuivis.

• Il n’y a pas de cas d’usage type : le big data peut être utilisé pour une infinité de choses dans tous les métiers. Mais la multiplication des cas d’usage ne doit pas se traduire par des stratégies désordonnées et décorrélées les unes des autres.

• Il y a en matière de Big Data un besoin de stratégie d’entreprise et de planification à long terme pour éviter l’apparition de silos.

• Le déploiement du Big Data s’accommode indifféremment de logiques bottom-up et top-down (c’est à dire tiré par la technologie ou par les besoins métier) pourvu qu’un bon équilibre soit trouvé et que l’ensemble soit coordonné.

 

 

Crédit Image : Big Data via Shutterstock