Employés, préférez l’éminence à l’influence

Sharing is caring!

Si la notion d’influence est propre aux dynamiques sociales sur le web, elle reste un casse-tête pour les entreprises. On ne compte plus le nombre de discussions sur la notion d’influenceur, un débat qui va au delà de la pure rhétorique. De la définition de l’influence et de l’influenceur dépendent la manière dont une direction marketing ou communication les choisit et les mobilise (pour ne pas dire utilise…)

Vis à vis des collaborateurs c’est encore plus compliqué. On veut valoriser et mobiliser les experts et on a rapidement dévié vers l’influence partant du principe, avéré ou non, qu’un expert était systématiquement influent. Une première ambiguïté  à laquelle s’en ajoute un autre : la notion est compliquée à manœuvrer en entreprise d’un point de vue politique. Tous les dirigeants et managers ne sont pas prêts à entendre qu’un que leurs collaborateurs est plus influent qu’eux, confondant ainsi influence et leadership.

L’influence des collaborateurs : une notion toujours sensible en entreprise

Dernier point, si on lie l’influence à la capacité à communiquer et diffuser un message, l’influence en entreprise est vue comme une perte de temps car qui qui communique ne travaille pas. Sans parler du débat sur la dimension qualitative et quantitative de l’influence : est on influent par le volume de ce qu’on dit et de ceux qui le lisent ou par la qualité. Car les deux ne sont pas toujours liés.

Bref, un sujet encore compliqué et sensible en entreprise mais un sujet qu’il va bien falloir clarifier un jour. A partir du moment ou les entreprises veulent mesurer la valeur et l’impact de ce qui se passe sur leurs plateformes sociales internes et veulent, par ailleurs, donner à leurs salariés les moyens de mesurer l’impact de leur propre activité pour développer des pratiques productives, il va bien falloir se demander ce qu’est l’influence en entreprise.

A ce propos j’ai trouvé il y a quelques temps cet intéressant article sur les notions d’influence et d’éminence. Ce qui m’a immédiatement rappelé des conversations que j’avais eu avec Marie Wallace sur le sujet des « social scorecard » aidant les collaborateurs à développer les meilleurs pratiques sociales en entreprises, celles qui ont un impact à la fois pour eux et pour l’entreprise. Je me souviens l’avoir entendue utiliser également la notion d’éminence de préférence à cette d’influence.

Si la frontière entre les deux m’apparait encore un peu floue, il semble que la différence entre éminence et influence est que l’influence est davantage liée à la propagation du message et l’éminence à la capacité de mettre son contenu en œuvre, à agir. La personne éminente peut changer les choses pour les autres, faire quelque chose pour eux, l’influent véhicule l’idée que c’est possible.

Les deux ont un impact mais il est différent. L’éminent à un impact sur les autres, il change les choses. L’influent a un impact par rapport à l’éminent et à son message qu’il diffuse et renforce.

L’éminent a un impact sur les autres, l’influent le fait savoir

Alors bien sur beaucoup sont à la fois éminents et influents. C’est d’ailleurs l’éminence qui, à mon sens, donne de la crédibilité à l’influence.

Un éminent seul est une personne brillante mais méconnue, qui a besoin d’un influenceur pour porter son message.

Un influenceur non éminent vit des idées des autres, existe grâce à elles, rend service à son audience en faisant office de curateur et d’amplificateur.

Quelles leçons à retenir en entreprise ?

L’entreprise sera toujours mal à l’aise avec la notion d’influence, pour les raisons vues plus haut. Et si l’idée est mal comprise le risque de voir la course à l’influence se finir en une improductive course au bruit est réelle. Par contre l’éminence, le développement du savoir et de la capacité d’action, de l’impact individuel est quelque chose qu’elle comprend mieux, voit d’un meilleur œil et désire par ailleurs. Du coté du collaborateur il est également évident qu’il vaut mieux exister par sa capacité personnelle à penser et avoir un impact que par sa capacité à relayer les autres. Un influenceur sans personne d’éminent se retrouve vite à court de carburant.

Laissons donc tomber l’influence et aidons les collaborateurs à devenir éminents. Tout le monde y gagnera.

Crédit Image : Influence via Shutterstock

Sharing is caring!

Bertrand DUPERRINhttps://www.duperrin.com
Head of Employee and Client Experience @Emakina / Ex Directeur Consulting / Au croisement de l'humain, de la technologie et du business / Conférencier / Voyageur compulsif.
1,798FansJ'aime
1,249SuiveursSuivre
71AbonnésS'abonner

Articles récents