Uber doit il acheter les voitures autonomes de Tesla ?

Je partage totalement l’avis de Bill Gates : la petite guéguerre entre Uber et les taxis n’est qu’une péripétie provisoire. Le vrai, gros, changement sera pour quand les voitures pourront se passer de chauffeur. Ce jour là les deux parties repartirons dos à dos et la tête passe car les deux seront hors jeu. Quand je parle des deux parties je ne parle pas de Uber et des chauffeurs de taxis, mais des chauffeurs de taxi et des chauffeurs de VTC.

Uber, lui ne sera pas impacté car comme je le disais ici ça n’est pas une entreprise de transport mais une plateforme. On peut remplacer les taxis par n’importe quoi, il continuera à faire de l’intermédiation. Et ce n’importe quoi sera bien sur la voiture autonome. Ajoutons également que les compagnies de taxi y verront un bon moyen de finir leur mutation : en se séparant elles aussi des chauffeurs elles pourront se battre à armes égales sans avoir à subir leur passif humain.

A la fin c’est les chauffeurs qui perdent et Uber qui gagne

Et comme il fallait s’y attendre la réflexion est déjà en cours puisque Uber a promis à Tesla de lui acheter la totalité de la production de sa future voiture autonome. Sans crier au génie, puisque c’est un mouvement relativement logique et attendu, on peut se dire qu’Uber va encore passer à la vitesse supérieure. Ou se dire qu’il s’agira peut être d’une énorme bêtise de la startup Californienne que les investisseurs risquent de moins apprécier que les clients.

Qu’est ce qui fait la force d’Uber : sa capacité à opérer avec des coûts fixes faibles, un gros effet de levier (la plateforme), des coûts d’opérations variabilisés (on ne paie les chauffeurs que quand ils travaillent). Cela permet trois choses

– Uber ne dépense quand uber gagne de l’argent. Quand il n’y a pas de client l’entreprise est quasiment en hibernation d’un point de vue financier.

– Uber peut dimensionner son activité en temps réel

– Uber peut augmenter sa flotte et attaquer d’autres marchés (villes) pour un coût marginal quasi nul.

Et en achetant des voitures Uber introduit une branche dans son modèle bien huilé : des coûts fixes. Je dirais même plus des coûts fixes très élevés. Alors bien sur la voiture autonome a un avantage sur le chauffeur : la seule limite à sa durée de travail est la durée de sa batterie, mais cela reste une évolution fondamentale du business model de Uber.

Personne n’investit dans une startup techno pour se retrouver avec un opérateur de flotte automobile !

Les conséquences financières seront énormes puisqu’il faudra bien sur acheter et entretenir les véhicules. La forte profitabilité permise par le modèle actuel risque donc de n’être bientôt que le l’histoire ancienne. En plus cela risque de mettre en péril la capacité à croitre rapidement et signifie clairement la fin du modèle à “cout marginal zéro”.

Vraiment pas sur que les investisseurs apprécient. Quand on investit dans une startup techno avec une stratégie “asset light” ça n’est pas pour se retrouver avec un opérateur de flotte automobile (propriétaire qui plus est) sur les bras.

Alors bien sur Uber a différentes manières de minimiser le choc :

– déjà je ne pense pas qu’une politique 100% voiture autonome soit réaliste à moyen terme. Ne serait-ce que que pour des contraintes de production et pour garder la possibilité d’augmenter les capacités si besoins. Mais la gestion d’un modèle dual (voitures et chauffeurs) ne sera pas une mince affaire

– trouver accord financier “malin” avec Tesla. On peut envisager quelque chose de classique comme une forme de location avec option d’achat qui fait que Uber ne sera jamais propriétaire de sa flotte, ce qui serait un moindre mal, mais, encore plus malin serait une location avec facturation à l’usage qui permettrait à Uber de rester dans les clous de son ancien modèle.

On verra bien de quoi demain sera fait mais une chose est certaine : de mon point de vue une telle opération entrainerait irrémédiablement la mort du business model actuel de Uber sans aucune garantie que le nouveau soit aussi profitable. Sauf à dire aux investisseurs “c’est comme ça et c’est tout”. Chiche ?

 

Crédit Image : Teddy Leung / Shutterstock.com

Bertrand DUPERRINhttps://www.duperrin.com
Head of Employee and Client Experience @Emakina / Ex Directeur Consulting / Au croisement de l'humain, de la technologie et du business / Conférencier / Voyageur compulsif.
Head of Employee and Client Experience @Emakina / Ex Directeur Consulting / Au croisement de l'humain, de la technologie et du business / Conférencier / Voyageur compulsif.
1,767FansJ'aime
12,335SuiveursSuivre
22AbonnésS'abonner

Découvrez le livre que nous avons co-écrit avec 7 autres experts avec pleins de retours d'expérience pour aider managers et dirigeants

En version papier
En version numérique

Articles récents

Abonnez vous à ma Newsletter !

Et recevez chaque semaine les derniers articles et des contenus exclusifs.

Je consens à ce que mon adresse email soit utilisée pour m'envoyer la newsletter de Bertrand Duperrin.

 

 

Je vous remercie pour votre confiance

Dans le respect strict de la RGDP vous allez recevoir un email vous demandant de confirmer votre inscription. 

 

Vérifiez qu'il ne soit pas tombé dans vos spams ou un dossier "notifications"
Vous pourrez de toute manière vous désabonner à tout moment.

Ne partez pas si vite !!!

Ce serait dommage de rater les prochains articles !

Abonnez vous à ma newsletter....

Recevez les articles chaque semaine dans votre boite aux lettres ainsi que des contenus exclusifs...

Je consens à ce que mon adresse email soit utilisée pour m'envoyer la Newsletter du Bloc-Notes de Bertrand Duperrin

Vos coordonnées ne seront partagées avec personne et ne serviront en aucun cas à vous envoyer de la publicité.

Dans le respect strict de la loi et de la RGDP vous allez recevoir un email vous demandant de confirmer votre inscription. 

 

Vérifiez qu'il ne soit pas tombé dans vos spams ou un dossier "notifications".


Vous pourrez de toute manière vous désabonner à tout moment.

Merci pour vôtre intérêt !