Non, les RH ne sauveront pas le monde et ne le devraient pas

Les RH ont été au four et au moulin depuis le début de la crise, faisant face à une situation d’une nature jamais envisagée et d’une ampleur jamais connue. Dans le dépassement de fonction permanent, en première ligne comme jamais, on ne prend pas grand risque à avancer que les entreprises ont globalement bien limité la casse la fonction RH y a été pour beaucoup.

Si on ne peut que se féliciter de voir les RH enfin en pleine lumière alors que la fonction était jusqu’ici davantage habituée à l’ombre et à l’ingratitude je suis un peu inquiet pour la fonction qui, surfant sur sa nouvelle gloire, se voit peut être un peu plus belle qu’elle n’est.

Les RH bientôt inutiles ?

Il y a plusieurs mois je lisais cet article un brin provocateur mais qui posait de vraies questions : les RH auront elles leur place dans le nouveau monde du travail ?

Parlant de nouveau monde du travail je pense déjà qu’il faut tempérer les ardeurs des plus idéalistes. Le monde du travail a toujours évolué et évoluera toujours, il est donc toujours nouveau, tout dépend de la date de référence qu’on prend. De plus si des choses changeront suite à l’épisode COVID il y a de grandes chances que comme souvent la montagne accouche d’une souris. On verra ce que l’avenir nous réserve mais quand on voit à quel point ça freine sur le télétravail et le travail hybride il ne faut pas s’attendre à une grande révolution.

Ceci dit l’article met en avant un point que j’avais souvent mentionné pendant la crise, notamment à ses moments les plus difficiles pour les salariés. Oui les RH ont fait des miracles mais :

1°) La vraie question est de savoir pourquoi elles ont du en faire, pourquoi elles ont du être à ce point dans le dépassement de fonction.

2°) Si elles se sont retrouvées dans cette situation c’est un peu voire beaucoup de leur faute

3°) Refuser de se poser les deux questions qui précèdent va amener à installer la fonction RH dans un rôle de pompier pyromane.

Les RH ont fait le job des managers

Que les RH aient été en première ligne lorsqu’il s’est agi de prendre soin des collaborateurs n’est que logique. Enfin non, pas à ce point.

Que ce sujet soit de leur ressort est évident. Mais de là à devoir être au four et au moulin sur le terrain non ! Effectivement la responsabilité est côté RH mais la mise en œuvre et le suivi quotidien est le travail des managers qui ont été totalement aux abonnés absents.

Je veux bien entendre qu’une partie du management intermédiaire ait été en chômage partiel mais quand même…

Je veux bien entendre que vu la gravité de la situation les managers ont été happés par la nécessité de faire tourner la machine et ont négligé les gens…mais dans ce cas quel est leur rôle ?

La vérité tout le monde la connait depuis des années mais rien ne change. Les entreprises promeuvent à des postes de management des personnes qui ne sont pas faites pour cela. Ca n’est pas parce qu’une personne excelle dans son rôle opérationnel qu’elle peut passer à l’étage d’au dessus mais on continue à penser que le succès dans un job passé laisse présumer du succès dans un job futur qui n’a rien à voir.

Donc, suivant ce modèle, les entreprises perdent des opérationnels de qualité sur le terrain, y gagnent de mauvais manager (double peine). De leur côté les salariés acceptent à contre coeur ce poste qui est la seule manière pour eux de progresser en termes de carrière. Tout le monde y perd et l’état dans lequel les managers sont ressortis de la crise devrait tout de même nous inciter à regarder ce sujet de plus près.

Si le sujet vous intéresse regardez comment en changeant son process de détection et de promotion des leaders l’armée américaine est arrivée au résultat suivant: 34% des promus suite à ce changement ne l’auraient pas été avec l’ancien système.

Ce problème tout le monde en est conscient mais on essayait de vivre avec, faute de mieux. Mais la crise a mis en lumière toutes les limites du modèle actuel et si les RH se sont retrouvés en première ligne ça a été en grande partie pour faire le travail des autres ! Il faut leur rendre hommage pour cela mais cela n’aurait jamais du arriver et ne doit plus se reproduire dans l’avenir.

Les RH ont un job : le leur

Je suis loin de penser, comme l’article, que les RH vont devenir inutiles dans les nouvelles formes d’organisation qui vont émerger mais il ne faut pas se tromper de combat : leur rôle est, justement, de faire leur travail, pas celui des autres. Et donc, entre autres, de mettre en place de vrais managers ! Là est leur responsabilité.

Il y a des chantiers dont la conception et l’exécution appartiennent aux RH et il y en a assez pour une fonction systématiquement sous staffée pour qu’elle n’ait pas à utiliser son énergie ailleurs. Il y a ensuite des chantiers dont la conception leur appartient mais dont l’exécution, scalabilité oblige, appartient aux managers : l’engagement et le « care » en font partie et sauf à imaginer mettre un RH derrière chaque collaborateur il est urgent de se doter de managers qui savent y faire et outillés en conséquence.

On peut également parler du télétravail. S’il a été une découverte pour trop de salariés peu entrainés à travailler à distance, pour des managers qui faute de surveiller le travail préfèrent surveiller les travailleurs, s’il n’était vu que comme un bénéfice RH et pas un mode d’organisation de la production, à qui la faute ? Il y a eu tellement de freins et de légèreté sur le sujet depuis des années que le passage en télétravail forcé ne pouvait qu’être douloureux.

Heureusement que les RH ont été là quand le bateau a tangué mais ne nous trompons pas : cette fonction RH dans le dépassement de fonction et omniprésente sur le terrain est une fonction RH qui ne fait pas son travail pendant ce temps.

Mais, à l’inverse si les RH se contentent d’allier pallier aux manquements des autres sans faire en sorte que ces manquements disparaissent là on pourra se poser la question de leur utilité.

Les RH pompiers pyromanes ?

En maintenant en vie un système qui soit ne promeut pas les bonnes personnes à des postes managériaux soit ne leur donne pas les moyens de faire leur travail, en freinant sur télétravail ou le travail hybride pour ne citer que ces sujets, les RH ont une lourde responsabilité dans l’incendie qu’elles ont contribué à éteindre. Aujourd’hui elles peuvent se dire que le plus dur est derrière et qu’on peut à nouveau faire comme avant ou se dire « plus jamais ça » et changer les choses.

Mais j’ai bien peur que certains se complaise dans cette situation où les insuffisances de certains donnent à d’autre l’occasion de se mettre en valeur même si ça n’est pas ce qu’on attend d’eux.

En attendant là où certains voient les super héros de la crise je vois des gens qui ont juste réparé leurs erreurs passées. Avec un abnégation et un sens du devoir certain, soit, mais il y a des choses qu’on aurait pu s’épargner.

De quelles RH avons nous besoin ?

Alors vous avez bien compris que je suis en désaccord complet avec l’article que je mentionnais plus haut. On aura besoin des RH plus que jamais, mais de quelles RH ?

Si je pense que voir les RH se surinvestir sur le terrain était une forme de constat d’échec je pense que le lien entre les RH et les opérations doit au contraire se renforcer, mais exister différemment. L’an dernier en commentant le barômètre de l’expérience collaborateur de Parlons RH, je me faisais un certain nombre de remarques que je peux résumer ainsi :

  • L’expérience employé est vue comme un sujet RH
  • On en attend entre autres de la performance opérationnelle
  • Les RH n’ont aucun levier sur le sujet.

Il y a donc un problème.

Les RH champions du « contexte du travail » ?

Aujourd’hui le collaborateur suit un parcours pensé et largement géré par les RH de la première prise de contact à l’offboarding en passant par le onboarding, la formation, la mobilité etc…Si le parcours collaborateur compte une dizaine d’items, 9 appartiennent aux RH et un leur échappe : lorsque le salarié travaille. 10% des sujets mais 95% du temps que le salarié passe dans l’entreprise.

A ce moment que se passe-t-il : on a un talent recruté, formé, choyé par les RH qui est lancé dans le grand bain : les opérations. A ce moment il se retrouve à devoir collaborer avec des collègues, suivre un manager, utiliser des outils et suivre des process. C’est ce que j’appelle le contexte du travail. Chacun de ces points peut être destructeur non seulement d’expérience employé mais surtout de performance. Chacun de ces points peut ruiner ou sublimer le travail des RH, mais reconnaissons qu’il le ruine le plus souvent. Et le travail des RH ne se voit pas dans la performance de l’entreprise, ou pas à sa juste valeur.

Les RH doivent peser sur ce contexte de travail. Comment ? On en parlera plus longuement dans de futurs articles mais en se dotant de compétences venues du monde des opérations, en renforçant leur collaboration avec les directions métiers et l’IT. Peut être qu’il faut totalement revoir l’articulation RH/Direction des Opérations. La solution reste à inventer mais le temps presse. Sinon; en se concentrant sur le façonnage des talents sans peser sur ce qui est fait du talent en question, on aura des RH hors sol donc l’impact et donc l’existence sera de plus en plus questionné.

Conclusion

Si les RH ont été en première ligne pendant la crise cela a souvent été pour compenser des défaillances qui ne sont pas les leurs…mais dont elles sont à l’origine.

Mais à quoi serviraient les RH si tout le monde fait bien son travail ? Et bien justement à faire un travail de RH et, idéalement, à peser sur les opérations autrement qu’en mode pompier pour que leur travail ait davantage d’impact.

Image : Super Hero de chaiyapruek youprasert via Shutterstock

Bertrand DUPERRINhttps://www.duperrin.com
Head of People and Operations @Emakina / Ex Directeur Consulting / Au croisement de l'humain, de la technologie et du business / Conférencier / Voyageur compulsif.
Head of People and Operations @Emakina / Ex Directeur Consulting / Au croisement de l'humain, de la technologie et du business / Conférencier / Voyageur compulsif.
1,743FansJ'aime
11,819SuiveursSuivre
27AbonnésS'abonner

Découvrez le livre que nous avons co-écrit avec 7 autres experts avec pleins de retours d'expérience pour aider managers et dirigeants

En version papier
En version numérique

Articles récents