Dans le futur du travail la charge mentale est la nouvelle charge de travail

Quand on parle du futur du travail on parle également de certains changements de paradigmes nécessaires, parfois sur des choses qui semblent tellement évidentes qu’on ne pense jamais à les remettre en cause.

Une d’entre elles est la charge de travail.

Un sujet que nous allons comme d’habitude explorer au regard des grandes forces qui façonnent le futur du travail en 2022.

La pandémie

Comme dans de nombreux domaines, la pandémie n’a pas vraiment créé de nouveaux problèmes mais obligé à ouvrir les yeux face à des problèmes existants.

Beaucoup de managers se satisfaisaient jusque là d’une équation simple où le résultat délivré était fonction du temps de travail disponible, charge à eux de vérifier que 100% de ce temps était utilisé à travailler

Une équation que l’on sait fausse pour la plupart des métiers notamment pour les jobs de « cols blancs » à la productivité non linéaire pour lesquels on sait bien que même si le temps travaillé est égal au temps disponible il ne correspond pas à la valeur créée. On peut passer des heures sur un sujet sans trouver la solution et la trouver en deux minutes pendant une pause ou le lendemain à tête reposée. Bref le temps travaillé de détermine pas la valeur créée mais peu importe, on se satisfait de croire que c’est le cas.

Là il a bien fallu prendre en compte d’autres facteurs : l’impact du confinement, de l’isolement, le contexte personnel ou familial, le moral… qui impactaient à la baisse la capacité à fournir le travail attendu peu importe le temps disponible.

Mais cela a toujours été le cas, non ? Confiné chez soi ou au bureau ? Oui mais pression populaire et événement d’une portée mondiale oblige, on ne pouvait plus fermer les yeux sous peine de passer pour des bourreaux.

C’est ainsi que la santé mentale et la charge mentale des collaborateurs qui sont tout sauf des notions nouvelles se sont installées de manière plus solide dans le paysage.

La consumérisation

Le sujet a un impact limité mais pas nul.

Alors que les livres, applications, coachings et méthodes plus ou moins miracles pour se gérer et gérer sa santé mentale sont légion, qu’on ne cesse d’entendre à tel point c’est essentiel pour avoir une vie équilibrée et atteindre nos objectifs on peut s’étonner que le sujet soit aussi peu prioritaire en entreprise.

Je veux dire en traitant les causes du problème, pas en essayant d’en soigner les effet et en faisant croire au salarié que le problème est de son côté.

La technologie

Elle est au cœur du sujet, non pas parce qu’elle constitue une partie de la solution mais parce qu’elle est au cœur du problème. Et ce à double titre.

Tout d’abord parce que omniprésente, rendant le travail « ATAWAD » (Any Time, AnyWhere, Any Device) elle contribue à augmenter la charge mentale des collaborateurs qui reçoivent plus d’informations, d’injonctions, ordres, tâche qu’ils ne peuvent en traiter et ce même hors de leurs heures de travail.

Ensuite parce qu’elle contribue à amplifier un des problèmes de l’économie de la connaissance ou plutôt de son inadéquation avec les modèles opératoires et managériaux actuels.

Qu’on parle de métiers ou flux et production sont désormais intangibles est un fait et on y changera rien. Par contre faute de savoir mesurer et rendre tangible la quantité de travail en cours et à faire il devient facile de dire « vu que c’est invisible faisons comme si cela n’existait pas » et se retrouver avec des collaborateurs qui croulent sous les tâches et suivent des process pas adaptés à leur métier.

Le problème de la technologie ? Elle remplit son rôle : permettre d’opérer plus vite et à plus grande échelle. Mais comme elle méconnait la capacité des individus à recevoir et traiter de l’information et sert le plus souvent à accélérer des process dysfonctionnels elle crée des dysfonctionnements à grande échelle et une charge insupportable pour beaucoup d’individus.

La technologie est neutre et aveugle. Mais quand les humains s’en servent mal….

La bonne nouvelle est qu’elle peut aussi être une partie de la solution…

L’évolution de la société et de l’économie

Rien à dire de notable si ça n’est qu’alors que les activités mentionnées ci-dessus représentent aujourd’hui l’essentiel des économies modernes et de leur création de valeur il serait bon de d’enfin essayer de les gérer en fonction de leurs spécificités.

La transformation des activités de service et du travail du savoir

Ici on est au cœur du sujet. On gère des activités intangibles et non réplicables avec un modèle autrefois conçu pour des flux de production physiques et des tâches répétitives.

Mais comme on ne gère bien que ce que l’on mesure convenablement, encore faudrait il se doter de mesures pertinentes pour faire changer les choses.

La question de la charge mentale n’a rien de neuf et existait déjà il y a un siècle pour les gens travaillant dans des usines mais son impact était moindre vu que tout était conçu pour que les gens n’aient pas à réfléchir, partant du principe que les tâches de conception et d’opération devaient être séparées.

Ca n’est plus le cas aujourd’hui avec, au contraire, des collaborateurs dont le rôle n’est plus de répliquer la perfection à l’infini sans réfléchir mais résoudre des des problèmes et traiter des cas uniques.

Ajoutez à cela l’impact de la technologie et on a un sujet majeur à traiter.

Conclusion

Charge de travail et charge mentale ont toujours coexisté dans l’entreprise mais à des endroits différents. La charge de travail est l’affaire de ceux qui organisent la production, la charge mentale est celle de ceux qui prennent soin des gens et des RH.

Il faut aujourd’hui admettre que la charge mentale doit aussi être prise en compte au niveau de la production car elle est plus pertinente que le temps disponible pour estimer la capacité de travail d’un individu mais, surtout, la capacité à ce que ce travail ait de la valeur.

Reste à trouver des indicateurs pertinents pour s’en faire une idée pertinente, même imparfaite. Ca ne sera pas chose aisée mai à faire comme si de rien n’était on risque surtout de casser l’outil de production le plus essentiel et le plus fragile : les gens.

Image : charge mentale de Thongden Studio via Shutterstock

BilletSujet
#1Les forces qui impactent le futur du travail en 2022
#2Le futur du travail concerne…le travail et son futur
#3Le futur du travail n’est pas une promesse ou un rêve
#4Le futur du travail n’est pas un endroit ou une plage horaire
#5Futur de la paie et rémunération : parler le même langage, payer en temps réel, donner du sens.
#6Le futur du travail : complexe par nature, simple par obligation
#7Dans le futur du travail on contrôle le résultat et rien d’autre
#8Le futur du travail reposera sur la data et l’amélioration continue
#9Le futur du travail sera « agile by design »
#10Le management dans le futur du travail : leadership digital et approche systémique du management
#11Dans le futur du travail l’engagement se mesure par rapport au travail, pas à l’entreprise ni aux gens
#12La gestion des carrières dans le futur du travail : des voies d’accès plus que des parcours
#13Futur du travail et expérience employé : une préoccupation locale quotidienne, plus un programme générique
#14Le futur du « care » au travail : utile et productif
#15Le travail du futur sera conçu pour des humains
#16Le travail du futur sera conçu en fonction du « job to be done »
#17Le futur du travail sera automatisé avec pertinence
#18Dans le futur du travail la charge mentale est la nouvelle charge de travail
#19Le lien social dans le futur du travail : plus faible, plus solide
#21Le temps de travail dans le futur du travail : à la carte mais pas toujours réduit
#22Le futur du travail sera digitalement responsable
#23Le futur du travail est pour tous les collaborateurs
#24Mais qui s’occupe du futur du travail ?
Bertrand DUPERRIN
Bertrand DUPERRINhttps://www.duperrin.com
Head of People and Operations @Emakina / Ex Directeur Consulting / Au croisement de l'humain, de la technologie et du business / Conférencier / Voyageur compulsif.
Head of People and Operations @Emakina / Ex Directeur Consulting / Au croisement de l'humain, de la technologie et du business / Conférencier / Voyageur compulsif.
1,743FansJ'aime
11,764SuiveursSuivre
28AbonnésS'abonner

Découvrez le livre que nous avons co-écrit avec 7 autres experts avec pleins de retours d'expérience pour aider managers et dirigeants

En version papier
En version numérique

Articles récents