La Grande Démission ou le Grand Rattrapage ?

Une réflexion rapide en passant sur la fameuse « Grande Démission« , maintenant qu’on commence à avoir un peu de recul, et ce qui me fait dire qu’il faut relativiser ce

Des démissions aux causes diverses

La pandémie n’était pas finie que de nombreux « experts » ont annoncé dès que commencerait un début de retour à la normal les entreprises allaient faire face à une vague de démissions massives. La raison ? Les salariés en ont marre et veulent changer d’air, voir autre chose, passer à autre chose.

Bon, c’est aller un peu vite en besogne et l’argument est trop péremptoire pour illustrer la diversité des situations.

A mon avis les raisons qui ont motivé cette vague sont un peu plus fines que ça.

• Les salariés ont vécu une période difficile entre la pandémie, les confinements, le télétravail obligatoire pas exécuté dans de bonnes conditions et ils associent cette période à leur entreprise. S’ils avaient été dans une autre entreprise tout ce serait passé exactement pareil mais voilà, cette période est liée à celle dans laquelle ils étaient et changer d’entreprise c’est un peu tourner la page sur cette séquence douloureuse.

Le télétravail à marche forcée et pas toujours bien préparé a poussé les organisations dans leurs limites et les collaborateurs en ont souffert. Ils ont vu le côté sombre de leur entreprise, les lacunes de leurs managers, les limites des outils et process en place et ça leur a donné envie de partir en courant. Encore une fois je ne pense pas que ça aurait été forcément mieux ailleurs mais c’est en tout cas l’expérience qu’ils ont vécu.

• Ceux qui n’étaient pas encore convaincus qu’il fallait partir l’ont été quand leur entreprise a d’un seul coup imposé un retour massif au bureau alors qu’ils appréciaient le confort du télétravail.

• Il y a ceux pour qui cette période a été l’occasion d’une réflexion sur leur carrière, ce qu’ils voulaient faire de leur vie et la conclusion a été que leur futur était ailleurs. Alors ils sont démissionné, certains en sachant précisément pourquoi, d’autres sans trop avoir de projet mais avec la certitude que leur futur n’était plus là où ils étaient.

• Pour certains deux voire trois ans de rigueur salariale a eu un impact conséquent sur leur pouvoir d’achat et tout le monde sait bien qu’il est plus facile de négocier un salaire supérieur en changeant d’entreprise que de se faire augmenter du même montant en restant dans la même entreprise.

• Et puis il y a tout ceux qui avaient déjà des envies d’ailleurs avant la pandémie, peu importe la raison, et ont attendu la fin de la crise avant de mettre leur plan à exécution.

Grande démission ou grand rattrapage ?

Tout cela m’amène à relativiser tout de même cette soit disant vague de démissions.

Comme souvent c’est un concept que nous avons importé des USA et comme souvent il vient avec un prisme culturel qu’on ne peut pas passer sous silence. C’est un peu comme lorsque qu’on parlait des Générations Y ou des Millenials : un Millenial ou un Y américain est américain avant d’être X ou millenial avec tout ce que cela implique en termes de rapport à l’entreprise, à l’entrepreneuriat, de flexibilité du marché de l’emploi et de prise de risque professionnelle.

Sans surprise le mouvement a été moindre en Europe et en tout cas en France en raison d’une culture un peu plus frileuse.

Ensuite si je ne nie pas les chiffres je pense qu’on surestime totalement l’ampleur du phénomène.

En théorie, en 2022 on aurait dû avoir :

• Les démissions « normales » de 2022.

• Les démissions « normales » de 2019, 2020 et 2021.

• L’impact de la Grande Démission.

Ce qui signifie qu’avec le rattrapage des « non démissions » des années précédentes on devrait connaitre un turnover équivalent à 4 fois celui d’une année normale à quoi devrait s’ajouter le phénomène Grande Démission.

On est à mon avis loin du compte et on assiste davantage à un rattrapage sur un marché de l’emploi qui a été à l’arrêt pendant quasiment 3 ans.

On ne pourra parler de grande démission que si on reste sur un turnover anormalement élevé en 2023…et j’y crois peu.

Pourquoi cette réflexion ? Parce que dans un prochain billet on évoquera quelques leçons apprises de ces changements de carrière ou démissions faites sur un coup de tête ou pour de mauvaises raisons.

Photo : démission de Ivan Marc via Shutterstock

Bertrand DUPERRIN
Bertrand DUPERRINhttps://www.duperrin.com
Head of People and Operations @Emakina / Ex Directeur Consulting / Au croisement de l'humain, de la technologie et du business / Conférencier / Voyageur compulsif.
Head of People and Operations @Emakina / Ex Directeur Consulting / Au croisement de l'humain, de la technologie et du business / Conférencier / Voyageur compulsif.
1,743FansJ'aime
11,763SuiveursSuivre
28AbonnésS'abonner

Découvrez le livre que nous avons co-écrit avec 7 autres experts avec pleins de retours d'expérience pour aider managers et dirigeants

En version papier
En version numérique

Articles récents